Communication

Recharger les batteries de son conjoint

 Savoir aimer son partenaire introverti ou extroverti en fonction de sa personnalité.

 

Savez-vous comment aider votre conjoint à se reposer, se ressourcer, et trouver l’énergie dont elle/il a besoin pour commencer le lendemain du bon pied ? Ou bien, au contraire, êtes-vous plutôt le type de partenaire qui tend à tirer de son conjoint les derniers fragments de vigueur qui lui restent ?

Mon épouse et moi avons un certain type de conversation, tard le soir, qui se termine inévitablement par un conflit. « Évidemment ! » certains me diront, exaspérés. Et avec raison, je vous l’accorde. Entamer une discussion vers 22 h est pour plusieurs une voie directe au désastre. Après une longue journée avec les enfants, mon épouse a de la difficulté à garder les yeux ouverts. Et je la suis de près. Mais nous partageons tout de même le désir d’échanger pendant quelques minutes avant que la journée se termine. Et rares sont les journées où nous trouvons le temps avant cette heure tardive.

C’est alors que je commets, dans mes moments d’inadvertance ou d’égocentrisme, l’erreur fatale : je partage mes réflexions de la journée. Cela peut vous sembler assez innocent, mais si c’est le cas, vous êtes sûrement une personne comme moi. Je suis prêt à entamer une discussion profonde à toute heure de la journée. Ma femme ne l’est pas. Ma femme, voyez-vous, est extrêmement introvertie. Ce qui veut dire qu’elle a besoin de temps seule pour recharger ses batteries avant de pouvoir répondre à mes questions, rêver d’avenir ou réfléchir à propos d’idées nouvelles. Puisqu’elle passe présentement la presque totalité de son temps avec nos trois merveilleux garçons de 1, 3 et 5 ans, vous pouvez vous imaginer l’état de ses batteries physiques, émotives et spirituelles en fin de journée. Rechercher une interaction profonde avec elle à ces moments, c’est comme espérer entendre un concerto d’un piano Casio aux piles épuisées.

Je réalise maintenant qu’aimer ma femme commence et se complète par le sacrifice. Tant et aussi longtemps que cela se fait sans effort, ça reste principalement de l’amour de soi.Chercher à connaître la personnalité de son partenaire, et les besoins émotifs spécifiques qui s’y rattachent, c’est prendre un pas d’amour intentionnel qui rapportera des retours dont vous saurez bénéficier pour le reste de vos vies. Examinons tout d’abord les distinctions entre les personnes introverties et extroverties, et ensuite les façons de s’aimer selon les personnalités dont votre couple est composé.

 Les différences entre les introvertis et extrovertis 

Temps seul/Temps avec les autres

La première grande différence entre les introvertis et les extrovertis se situe au niveau de la manière dont ils trouvent le repos mental et émotionnel. La personne introvertie a besoin de temps seul. Si elle n’a pas la possibilité de se retrouver seule pendant des moments importants, et ce, assez fréquemment, elle ne sera pas en mesure de pleinement s’engager et de profiter du temps avec les autres. Les extrovertis, en contraste, n’ont presque aucun besoin de ces périodes de solitude. En fait, c’est la stimulation constante des interactions sociales qui les remplit d’énergie.

Interne/Externe

Le deuxième contraste se trouve au niveau de la façon de gérer l’information. Les extrovertis aiment analyser l’information en groupe et à voix haute : « Je viens d’avoir une idée ! Pourquoi ne pas se lancer tout de suite dans une séance de brainstorming ? » Parce que ton collègue, ami ou conjoint se sentira peut-être noyé sous ce qui sera pour lui un déluge d’information ! Lorsque confronté par une nouvelle idée, décision ou problème à résoudre, l’introverti a besoin de temps pour traiter l’information et formuler une opinion seul de son côté, avant de revenir vers son interlocuteur pour lui livrer sa pensée.

Seul/En groupe

La troisième distinction est relative aux interactions sociales elles-mêmes. Voir des groupes de gens, assister à des fêtes et participer à des grands événements recharge les batteries de l’extroverti. C’est exactement l’opposé pour l’introverti. Il faut donc que la personne introvertie ait pu se préparer et charger ses batteries avant de prendre part à ces choses. Si ce n’est pas le cas, l’introverti aura besoin d’une période de repos pour se remettre de ce qui aura été pour lui un événement fort épuisant.

Par contre, il ne faut pas assumer de ce fait que les introvertis n’aiment pas les gens, ou même que ces personnes n’ont pas de bonnes compétences sociales. Quiconque connaît ma femme sait qu’elle est infiniment meilleure que moi de ce côté ! C’est en fait souvent un problème pour plusieurs introvertis, surtout ceux qui aiment faire plaisir aux autres. Puisqu’ils semblent si heureux de voir les gens et sont si accueillants, on peut ne pas se rendre compte de ce qu’ils peuvent vivre à l’intérieur. Pour les relations moins intimes, cette illusion est généralement maintenue. Mais pas dans un mariage ! Lorsque le dernier invité a quitté la maison, suite à une invitation subite, malheur au pauvre mari qui les aura invités sans avertir son épouse au préalable !

Rejeter les fausses perceptions

Pour bien des couples, le premier pas vers une plus grande harmonie dans leur relation est de trier la vérité des mensonges sur leur propre identité et leur perception de l’autre. Mon ami, Mark, m’a récemment partagé que ce n’était qu’après une bonne quinzaine d’années de mariage qu’il s’est rendu compte des grandes différences de personnalité qui existaient entre lui et son épouse Lanette. Jusqu’à ce point, il avait maintenu la fausse perception qu’ils n’étaient pas des « opposés » qui s’étaient attirés de manière fatidique selon la formule tant répétée. Cela, en dépit du fait qu’ils réagissent à la plupart des situations sans un brin de similarité !

Que vous soyez des nouveaux mariés ou près de célébrer vos noces d’or, il se peut fort bien que vous ayez encore des illusions quant à vous-même et votre conjoint. Être soi sans fabrication est le travail d’une vie, tout autant qu’apprendre à connaître une autre personne sans lui attribuer nos projections. Mais plus nous mettons de côté les pensées sans fondement sur nous-mêmes et sur notre moitié, plus nous serons en mesure de faire front commun pour trouver une stratégie de vie qui permet à chacun de recharger ses batteries de la manière qui lui convient le mieux.

Préférer l’autre

Pour Selene et moi, à mesure que nous avons commencé à nous rendre compte de nos différences et des besoins qui accompagnent nos personnalités respectives, nous avons cherché ensemble des moyens de se les accorder. Ce n’est pas la chose la plus facile à faire, puisqu’à plusieurs niveaux nous avons réalisé qu’il serait impossible de trouver une solution gagnant-gagnant. Quelqu’un allait devoir se priver pour que l’autre personne puisse en profiter.

L’exemple le plus sensible pour moi se trouve au niveau de mon désir persistant de vouloir parler immédiatement des réflexions existentielles qui surgissent sans cesse entre mes deux oreilles. Mais je réalise maintenant que si j’aborde sans préavis tout sujet qui me trotte en tête, je vais placer mon épouse sous un joug de pression et de culpabilité : la pression de me répondre sans le temps de réflexion dont elle a besoin et la culpabilité de ne pas pouvoir interagir avec moi comme je le souhaite. C’est cruel et égoïste. Et je l’ai souvent fait.

Ce que j’essaye de faire à présent, c’est d’incarner l’esprit d’amour et d’humilité manifesté par Jésus et rapporté par l’apôtre Paul dans l’épître aux Philippiens : « Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes. Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres. » (2.3-4) Avec cette attitude en tête, je peux m’arrêter et considérer les besoins de mon épouse avant les miens, même si j’ai parfois de la difficulté à comprendre ses besoins et que cela me force à reporter la satisfaction de mon propre besoin à plus tard. Par contre, lorsque ce principe d’amour et de préférence mutuels est pratiqué réciproquement par les deux partenaires, cela permet non seulement l’existence d’équité au sein du couple, mais aussi la croissance de l’amour sacrificiel à l’exemple de Jésus.

Célébrer les différences

L’unité est une situation enviable à l’intérieur de toute relation, en particulier celle du mariage, car aucune autre relation n’unit l’esprit, l’âme et le corps de manière semblable. Mais bien que l’union fait la force, il faut se rappeler que cette force ne dépend pas de l’accord en tous points ou de la similarité d’opinion entre les deux partis. En fait, tels deux aimants, ou deux morceaux de Velcro, ce sont les qualités différentes des deux partis qui leur accordent ce dont ils ont besoin pour créer un lien fort et durable.

C’est la même chose qui se passe lorsqu’un homme et une femme, très différents l’un de l’autre, s’unissent pour la vie et choisissent de sacrifier leurs préférences afin de voir l’autre croître et s’épanouir selon les besoins spécifiques de sa personnalité. Ils utilisent leurs traits et forces respectifs pour aider l’autre aux endroits où il est faible. Ils secourent l’autre lorsqu’il se sent vulnérable. Et au lieu de se distancer de l’autre lorsque survient une épreuve ou une frustration, leur réaction est plutôt de dire : « Que puis-je faire pour t’aider à surmonter ce défi ? » Et le lien qui les unit se renforce.

Aimer son conjoint requiert le sacrifice, la persévérance et la confiance que notre investissement portera des fruits satisfaisants à long terme. Mais les retours ne mettront pas tous des années à venir. S’investir à comprendre les besoins de son conjoint peut nous éviter des conflits dès ce soir. Et on a tous de bien meilleures choses à faire à 22 h que de se quereller. 


Jeremy Favreau est auteur et leader créatif chez Pouvoir de Changer – Étudiants. Passionné des grandes questions, il est toujours prêt à dialoguer sur l’évangile, la culture et leurs innombrables points de rencontre. Lui et son épouse Selene résident à Montréal et sont parents de trois garçons.  

Tous droits réservés © 2017  Jeremy Favreau. Utilisation autorisée.