Le long chemin vers la réconciliation : rechercher l’harmonie au sein des relations familiales abîmées

Par Tiffany Stuart

Bien que Carole, Julie et Sandra ne se connaissent pas, elles parcourent toutes trois le même chemin :  celui de la réconciliation. Elles aspirent à des relations familiales harmonieuses, mais les blessures du passé ont suscité des obstacles entre elles et leurs proches.

Même si le chemin n’est pas facile et qu’il n’y a pas de garantie qu’il aboutira un jour à la réconciliation, chacune de ces femmes cherche à vivre et à incarner l’amour de Jésus, malgré les souffrances qu’elles ont traversées.

Carole et Liza

Carole, mère de deux enfants adultes, a grandi dans un environnement violent et a épousé un homme violent. Elle a fini par divorcer et se remarier. À travers la thérapie, Carole a pu pardonner à ses parents, à son ex-mari et se pardonner à elle-même. Elle a aussi demandé pardon à ses enfants pour les souffrances qu’elle leur avait causées.

Malgré tout, les barrières entre Carole et sa fille Liza persistent. Carole désire soutenir sa fille qui est mère célibataire, mais Liza ne veut rien entendre des conseils de sa mère, ni de sa foi. Bien que Carole ne puisse pas forcer sa fille à vouloir être en relation avec elle, elle fait tout son possible pour lui montrer qu’elle l’aime.

« Je voudrais lui éviter de refaire les mêmes erreurs que moi » , explique Carole. « Je ne peux pas me contenter de belles paroles. J’essaye de vivre ce que je dis et de lui montrer réellement l’amour de Jésus. »

Même si elle est souvent confrontée au refus, Carole continue d’inviter Liza et ses petits-enfants à venir manger chez elle ou à d’autres événements. Plutôt que de se sentir rejetée, elle persévère. En invitant Liza, elle obéit à Dieu, tout en laissant le résultat entre ses mains.

« J’ai dû lâcher mon désir de prendre les choses en main, et ce n’est pas facile. Il faut que je fasse confiance à Dieu, que je prie et que je lui demande de s’occuper de ma fille, raconte Carole. Je demande à Dieu de mettre d’autres chrétiens sur son chemin afin de l’influencer et de lui faire découvrir son amour. »

Lors des rares moments où Liza accepte de s’ouvrir un peu, Carole fait preuve d’empathie et lui assure avec amour qu’elle prie pour elle. Pendant ces conversations, Carole se revêt de compassion, comme nous y encourage Paul dans Colossiens 3.12.

Julie et sa mère

Julie, mère de deux grands enfants, a une histoire similaire. Elle aussi a été maltraitée dans son enfance. Lorsque Julie était petite, sa mère l’a rejetée lui disant qu’elle n’avait jamais voulu d’elle.

En grandissant, Julie éprouvait de la haine pour cette mère qui ne la protégeait pas. Cependant, au fur et à mesure que sa foi s’est développée, elle a eu à cœur de tendre la main à sa mère, malgré la manière dont celle-ci l’avait traitée. Sa mère n’a pas changé. Elle a récemment exclu Julie de la fête organisée pour son 83e anniversaire, alors que ses frères et sœurs étaient tous invités.

Malgré ce conflit qui n’en finit pas, Julie se sent en paix. « Je peux continuer à l’aimer. Je peux lui pardonner. Je peux agir comme l’aurait fait Jésus » , explique-t-elle. Julie montre son amour à sa mère en lui téléphonant et en lui rendant visite, lui apportant des fleurs et des chocolats.

« Mais je n’ai pas à lui donner le droit de me rabaisser et de me réduire en mille morceaux », affirme Julie. Elle met des limites et ne permet pas à sa mère de l’agresser verbalement. Elle demande aussi à ses frères et sœurs de ne pas parler de leur mère quand elle est là.

Par-dessus tout, Julie prie pour le salut de sa mère et elle demande à Dieu de restaurer leur relation en son temps.

Sandra et Inès

Bien qu’elle soit aussi mère de deux enfants adultes, l’histoire de Sandra est un peu différente. Elle a grandi dans un foyer chrétien, s’est mariée et a élevé sa famille avec des valeurs chrétiennes. Sa relation avec sa fille Inès s’est détériorée lorsque celle-ci était au secondaire. Sandra a découvert que sa fille lui avait sérieusement menti. Lorsqu’elle en a parlé à Inès, celle-ci à tout nié et a accusé sa mère de ne pas lui faire confiance. Depuis, la communication entre elles reste difficile.

Il y a plusieurs années, à la suite d’une dispute, Inès a empêché Sandra de voir ses petits-enfants pendant un an. Le cœur brisé, Sandra n’a pu que remettre à Dieu sa colère, sa honte et sa souffrance. Après beaucoup de temps de prière, elle a pris du recul et a accepté de laisser de l’espace à sa fille. « Je ne pouvais pas continuer à vivre comme je le faisais », explique Sandra.

Sandra a essayé de se faire suivre par un psychologue avec sa fille, mais ça n’a fait qu’empirer les choses, alors elles ont arrêté. Tout cela est très douloureux, mais Sandra a tout de même pu constater des progrès. La confiance se réinstalle lentement. Sandra trouve du réconfort en lisant le Psaume 119.24 : « Tes instructions font mon plaisir, ce sont mes conseillères. » Elle croit réellement que Dieu va la guider.

Au fil des années, Sandra a surligné des passages de sa Bible qui lui redonnent espoir concernant sa fille. Elle note ses pensées et la date dans la marge.

Parfois elle relit les mêmes versets et note de nouvelles pensées qu’elle date. Elle a pu découvrir que le message de Dieu est toujours le même : appuie-toi sur moi et ne t’inquiète pas. Elle a récemment relu une note d’encouragement qu’elle s’était écrite : la route est longue, mais si elle était à refaire, je la referais, car elle m’a énormément appris.

Carole et Julie seraient toutes deux d’accord avec cette leçon. Elles ressentent qu’elles sont vraiment appelées à être des exemples du pardon et de l’amour inconditionnel de Dieu, et pour le moment, c’est suffisant.

© 2020 Focus on the Family. Tous droits réservés. Utilisation autorisée. Écrit initialement en anglais par Tiffany Stuart.