12 astuces pour garder son calme et une bonne attitude

…quand votre enfant teste votre patience

Par Focus Famille

 

Être parent est une inépuisable source de belles surprises – des moments merveilleux que nous n’oublierons jamais. Un inattendu « je t’aime » murmuré à notre oreille, la plus mignonne des prières soufflée au creux d’un oreiller, ou bien un gros câlin de la part de notre ado qui fait généralement bande à part pour se donner l’air cool.

Mais être parents c’est aussi quelques surprises plus difficiles à avaler. Une œuvre d’art au feutre sur le mur de la salle à manger, un téléphone portable qui se retrouve au fond de la cuvette des toilettes ou bien un phare de voiture cassé, dont notre aîné a « oublié » de nous parler.

L’une des choses les plus terribles dont on se rend compte en étant parent, c’est la vitesse à laquelle on peut perdre notre calme face à nos enfants.

Tous les parents ont déjà perdu patience avec leurs enfants. Et ils sont bien peu nombreux ceux qui n’ont jamais, dans le feu de l’action, dit quelque chose qu’ils ont ensuite regretté. Mais cela ne veut pas dire qu’il est normal de se laisser systématiquement aller à des comportements déplacés quand nous sommes en colère contre nos enfants. Même quand ceux-ci nous provoquent clairement, en tant que parent nous devons apprendre à rester maitre de nos réactions. Cela implique de ne pas hurler, balancer des objets à travers la pièce ou utiliser un langage blessant. (Et le fait de faire du mal physiquement à votre enfant n’est jamais acceptable – en aucun cas.)

Essayez donc les quelques idées qui suivent pour vous aider à rester calme. Rappelez-vous que vos enfants apprendront à gérer leur propre colère en vous observant. Alors donnez-leur le meilleur exemple possible !

  1. Parlez lentement et avec une voix douce. Quand vous sentez la colère monter en vous, ralentissez votre débit de parole et baissez volontairement le ton de votre voix. Cela vous aidera à éviter de monter dans les aigus. Ne commencez pas à faire un sermon, cela ne fera que nourrir votre irritation. Expliquez simplement à votre enfant : Je suis très en colère/énervé/frustré pour le moment. J’ai besoin de prendre un peu de temps pour me calmer avant de gérer la situation. Vous lui indiquez ainsi qu’il va y avoir une « pause » dans le déroulement des évènements pour que vous retrouviez votre calme avant de continuer. Le fait de nommer vos émotions face à votre enfant est aussi important pour lui. Vous lui renvoyez le message suivant : « Regarde, je te montre de quelle manière tu peux gérer des émotions comme la colère. »
  2. Inspirez profondément une dizaine de fois. Répétez-vous un verset comme par exemple Jacques 1.5 ou bien Romains 12.2. Puis priez pour que le Saint-Esprit vous aide à mettre de côté toutes vos pensées centrées sur vous-même pour pouvoir réagir de manière aimante, en prenant en compte les besoins de votre enfant et en ayant à l’esprit sa croissance émotionnelle et spirituelle.
  3. Ouvrez la fenêtre (ou la porte du frigo) pour vous rafraichir les idées. Laissez l’air frais vous envahir pendant que vous prenez le temps de respirer profondément et de prier.
  4. Retirez-vous pendant un moment si nécessaire (et si vos enfants peuvent rester en sécurité en votre absence). Faites-vous une réserve de versets bibliques apaisants à mémoriser dans votre salle de bain (ou tout autre lieu de retraite chez vous, ou dans votre sac à main) et utilisez-les pour prier jusqu’à ce que vous ayez repris le contrôle de vous-même.
  5. Pensez goûter, dodo, bobo, ou câlin. Demandez-vous : « Qu’est ce qui est le plus important à cet instant ? Est-ce que la discipline est la priorité du moment ? » Peut-être que vous ou votre enfant (ou les deux) n’êtes pas au top de votre forme parce que vous avez faim, vous êtes fatigués ou bien vous commencez à être malade. Peut-être que votre enfant cherche à attirer votre attention par des comportements négatifs parce que son « réservoir de tendresse » est au plus bas. Parfois la meilleure stratégie à adopter peut être de lâcher ce que vous êtes en train de faire et de vous blottir avec votre enfant sous une couverture avec un bon livre pour lui donner l’attention particulière dont il a besoin ou lui permettre de démarrer une bonne sieste. Vous pouvez revenir sur l’aspect discipline plus tard, quand chacun de vous est en meilleure forme et mieux à même d’appréhender ce qu’il s’est passé.
  6. N’en attendez pas trop de votre enfant. Rappelez-vous : Ce comportement est typique d’un enfant de … ans. Je suis l’adulte et je suis responsable devant Dieu de lui montrer le bon exemple. Rappelez-vous aussi que vous aurez sans doute à faire face au même comportement déplacé à plusieurs reprises avant que votre enfant ne soit capable de mieux se maitriser lui-même.
  7. Cherchez la vérité. La colère est une émotion secondaire. Quand vous sentez que vous êtes en train de vous énerver, cherchez à écouter le fond de vos pensées pour comprendre quelle est réellement l’émotion qui sous-tend votre réaction. Est-ce la peur ? La rancœur ? Le stress ? Êtes-vous blessé ? Triste ? Déçu ? Par exemple il peut vous arriver de penser ; « Si mes enfants ne me laisse pas travailler, je ne terminerais jamais à temps. » Mais ce ne sont pas vos enfants qui vous ont posé des délais de travail. Alors soyez honnête concernant d’où vient vraiment le problème. Apprenez à dire : « Au fond, je suis en colère parce que…… »
  8. Détendez-vous et puisez dans votre potentiel comique. Relâchez la pression physique en en faisant des tonnes et en vous montrant théâtral. Quelqu’un a laissé bruler les toasts ? Faites la morale de manière comique aux tranches de pain noircies pour l’odeur qu’elles ont répandue dans la maison et puis jetez-les de toutes vos forces ! Apprenez à rire avec vos enfants en premier lieu. Ensuite vous pouvez leur expliquer comment faire mieux la prochaine fois.
  9. Relaxez-vous par le sport. Mettez la musique à fond et dansez avec vos enfants ou bien faites un peu d’exercice physique jusqu’à ce que le surplus d’énergie que vous donne la colère soit épuisé. Ou alors utilisez-le pour passer l’aspirateur, faire du ménage ou nettoyer les vitres.
  10. Appelez un(e) ami(e) brièvement. Un rapide échange avec un autre parent en qui vous avez confiance vous aidera à mettre la situation en perspective.
  11. Comptez vos bénédictions. Passez en revue dans votre esprit tout ce que vous aimez chez votre/vos enfant(s). Ce moment de frustration passera vite.
  12. Demandez l’aide de vos enfants ! Une fois que vous leur avez dit : « Je me sens très en colère. » Demandez-leur : « Qu’est-ce que tu penses que je devrais faire maintenant ? » Leurs réponses parfois adorables feront peut-être fondre votre cœur. Et quoi qu’il en soit, vous les poussez à penser activement à des manières saines de gérer leurs propres émotions.

Une fois l’orage passé

Pensez toujours à conclure après un temps d’interaction désagréable, en rassurant votre fils ou votre fille concernant votre amour. Ne laissez jamais votre enfant dans le doute : « Est-ce que papa et maman m’aiment toujours ? » Même les ados éprouvent la peur d’un jour pousser le bouchon trop loin avec leurs parents. Rien ne peut remettre en question l’amour que vous portez à votre ado, mais il ne le sait pas forcément.

Si vous avez échoué à garder votre calme et que vous vous êtes montré blessant envers votre enfant, ne tardez pas à vous excuser et à lui demander pardon. Vos enfants n’ont pas besoin de parents parfaits, mais ils ont besoin de parents qui sauront leur montrer comment restaurer les relations. Pardonnez-vous à vous-même et sachez faire preuve de grâce envers vous. Et assurez-vous de pardonner aussi à votre enfant si cela est nécessaire, ne laissez pas d’amertume s’installer.

Apprenez de vos erreurs pour faire mieux la prochaine fois. Essayez de toujours passer du temps avec le Seigneur au début de votre journée – même s’il s’agit juste de revoir vos versets cachés dans la salle de bain ! Apprenez à reconnaitre les sentiments et les sensations physiques qui vous indiquent que vous êtes en train de vous mettre en colère et pensez à des stratégies d’apaisement pour les fois prochaines.

Une mauvaise gestion du temps peut créer beaucoup de stress et de frustration au sein de la famille. Si vous faites souvent les choses dans l’urgence, faites des efforts pour mieux vous organiser. Apprenez à appeler pour vous excuser d’avance quand vous voyez que vous allez arriver en retard quelque part, comme ça vous vous sentirez moins pressé de faire monter les enfants en voiture.

Tenez vos enfants au courant des activités de la journée. Une mauvaise communication ou des attentes déçues peuvent donner à un enfant un sentiment de contrariété ou de confusion qui le rendront désobéissant. Si vous manquez de temps, laisser une activité de côté peut être une bonne idée, mais gardez à l’esprit les attentes de vos enfants.

 

© 2015 Focus on the Family. Tous droits réservés. Copyright international assuré. Avec autorisation.