Renouer avec son conjoint quand on se sent seul dans son mariage

Par Don Morgan

À peine rentrés de leur lune de miel, Brice et Sarah* ont fait leurs cartons pour déménager à l’autre bout du pays et se rapprocher ainsi de la base militaire de Brice.

Sarah s’était imaginé que le mariage serait une série de diners aux chandelles au cours desquels son mari et elle apprendraient à mieux se connaitre. Le fossé qui séparait ses attentes de la réalité s’est très vite rempli d’un profond sentiment de solitude. La carrière militaire de Brice l’amenait à être absent pendant plusieurs jours, voire des mois entiers. « Brice était occupé par la préparation de son second déploiement, et moi, je n’avais personne : ni famille, ni amis, ni collègues. Je me suis sentie tellement seule », se rappelle Sarah.

Dès le début des temps, on apprend que la relation entre un mari et sa femme est un antidote à la solitude. Dieu affirme : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul. » (Genèse 2.18) Cependant, nombreux sont les couples mariés qui vous diront que la solitude est un problème qui affecte également cette relation sacrée. Si l’on ne peut éviter ce sentiment, le défi est alors de reconnaitre, et même d’anticiper ces périodes de solitude ; d’apprendre à les gérer et à en faire des occasions de croissance.

Les experts identifient trois saisons de la vie conjugale propices à la solitude :

  • Saison 1 : après la lune de miel

À un moment ou un autre au cours des deux premières années de mariage, l’excitation de la lune de miel se dissipe et les réalités du quotidien nous rattrapent. Cela arrive à tous les couples et peut mener à une certaine désillusion, voire à un sentiment de solitude.

Par exemple, les jeunes mariés se retrouvent fréquemment en désaccord sur la répartition des tâches ménagères et autres réalités de la vie à deux.  Même s’ils ont déjà discuté de ces sujets sur le plan théorique pendant leur préparation au mariage, il peut être compliqué de les mettre en pratique une fois mariés.

Le Dr Greg Smalley, vice-président du département Mariage et Jeunes Familles chez Focus on the Family, et sa femme Erin ont acquis une expérience très personnelle de l’impact de la solitude dans le couple. « Nous avons été victimes de la guerre des tâches ménagères, explique Greg. Pour moi, la question de la répartition des responsabilités entre nous était réglée : je travaillerais à temps plein et Erin, travaillant à temps partiel, s’occuperait de la maison. Je ne comprenais pas que mon désir de garder nos responsabilités complètement cloisonnées provoquait en Erin un sentiment d’isolement et de solitude. »

La thérapeute familiale Teri Reisser résume ainsi la tension qui s’installe : « Qui va devoir s’occuper de la vaisselle et du linge sale ? La mère du mari s’en occupait peut-être intégralement, mais une fois mariés, l’épouse ne veut pas être la seule à assumer toutes les tâches ménagères. Qui se chargera de l’entretien de la maison et du bricolage ? Peut-être que le père de la femme était un bricoleur hors pair alors que son mari sait à peine tenir un marteau. »1

Geremy Keeton, directeur du département de psychothérapie de Focus on the Family, note également que si l’un des jeunes époux est particulièrement proche de sa famille d’origine, l’autre peut rapidement se sentir isolé. « Il est fréquent d’être tellement impliqué dans sa famille élargie, que cela vient perturber la relation de couple », explique-t-il. Bien qu’il soit normal de maintenir des liens avec sa famille d’origine, certains ont besoin d’apprendre à poser des limites dans ces relations pour pouvoir mettre leur mariage au premier plan.

Lorsqu’il existe des tensions liées à la famille d’origine de l’un ou de l’autre, il est important de prendre le temps d’en parler ouvertement pour éviter que le problème ne s’envenime au fil des années, et que ne s’installent des sentiments d’amertume, d’incompréhension et de solitude.

  • Saison 2 : l’arrivée des enfants

Julie et Thomas ont eu du mal à reprendre leur souffle après l’arrivée de leur premier enfant. Ils aimaient leur bébé de tout cœur, mais ils étaient tous les deux épuisés, et légèrement abasourdis suite aux nuits sans sommeil, aux difficultés d’allaitement et au changement complet de leur routine. En tant que mère au foyer, Julie se sentait isolée. Thomas, quant à lui, se sentait négligé.

À partir du moment où un bébé vient mettre sens dessus dessous les horaires de sommeil, la vie sexuelle et les habitudes de ses parents, il peut vite accaparer l’intégralité d’un mariage… si rien n’est fait pour l’éviter.

Le Dr Robert Paul, qui a travaillé sur le programme d’aide aux couples en crise Hope Restored, explique qu’il arrive souvent que les couples se centrent tellement sur leurs enfants pendant ces premières années, qu’ils nuisent à leur relation conjugale. « On le voit particulièrement dans les cas où les deux parents travaillent : lorsqu’ils sont en famille, ils ne se concentrent que sur les enfants, pour compenser le sentiment de culpabilité dû au fait de travailler à l’extérieur », rapporte Dr Paul.

Le mariage manquant d’attention, la distance émotionnelle qui s’installe entre mari et femme ne fait que grandir en même temps que les enfants. Ce sentiment peut passer inaperçu pour l’un ou les deux époux, jusqu’au jour où ils se sentent tellement seuls qu’ils réalisent combien leur mariage a souffert.

  • Saison 3 : quand les enfants quittent le foyer familial

Isaac et Jennifer approchaient de la cinquantaine quand la dernière de leurs trois filles a quitté le nid familial. Jusque-là, leur maison avait été constamment remplie de bruit et de vie, surtout au moment des repas. Quand leurs filles sont parties, Jennifer s’est rendue compte qu’Isaac et elle n’avaient plus discuté ensemble pendant le repas depuis des années. « Soudain, le seul bruit dans la maison provenait de la télévision », se rappelle-t-elle.

Isaac avait du mal à comprendre les difficultés de sa femme. Il travaillait encore et s’était construit une identité qui allait au-delà de son rôle de père.

La phase dite du « nid vide » est souvent un moment où la distance émotionnelle qui s’est installée pendant l’éducation des enfants se fait finalement ressentir. Mari et femme se creusent la tête pour trouver des intérêts communs après s’être entièrement consacrés pendant des années à leurs enfants.

Selon Keeton, si les couples atteignent ce stade de leur vie sans avoir mis en place des schémas et des habitudes qui leur permettent de maintenir un lien, ils risquent de se sentir profondément déconnectés l’un de l’autre.

Trois stratégies pour lutter contre la solitude

Bien qu’il existe différentes raisons de se sentir seul dans les étapes successives d’un mariage, les outils et techniques à la disposition des couples pour lutter contre l’isolement restent les mêmes. Il y en a trois en particulier qui peuvent s’avérer utiles :

  • Se montrer vulnérable

Dr Paul explique que les couples qui se sentent déconnectés et seuls doivent prendre du temps pour parler ouvertement de leurs attentes déçues, sans que cela ne tourne à l’accusation. En partageant leurs ressentis, ils peuvent réfléchir ensemble aux attentes qui sont réalistes et à celles qui ne le sont pas. « Confesser à votre conjoint que vous vous sentez seul dans la relation peut avoir un effet positif », note Dr Paul. « En disant que vous êtes triste, blessé ou isolé, vous exprimez en fait à votre conjoint combien vous l’aimez. Vous lui dites : ‘Je ne veux pas être avec n’importe qui, je veux être avec toi.’ »

  • Établir des limites

Les couples peuvent aussi combattre la solitude en mettant en place des limites appropriées pour protéger leur mariage. Pour les jeunes mariés, cela peut vouloir dire refuser de temps en temps une sortie entre amis ou un repas chez les parents pour pouvoir réellement profiter de moments d’intimité en couple.

Pour ceux qui ont des enfants, cela peut s’exprimer par la réduction des activités périscolaires des enfants, afin de libérer un temps précieux pour papa et maman.

Quant aux couples dont les enfants ont quitté la maison, une bonne solution peut être de mettre de l’argent de côté pour partir en vacances, ce qui donnera au couple un projet commun et aidera les époux à se redécouvrir après toutes ces années.

Tim Sandford, conseiller conjugal, appelle ce processus « choisir ses nons ». Il affirme : « Quand vous dites oui à beaucoup de bonnes choses, comme les activités des enfants, des voyages d’affaires ou autre, vous dites non à des occasions de partager du temps avec votre conjoint. »

  • Prévoir intentionnellement un temps de connexion

« Les couples doivent comprendre qu’une relation qui n’est pas entretenue va finir par mourir, affirme Keeton. Passer du temps ensemble intentionnellement doit être un processus permanent au cours de la relation. »

Dr Smalley recommande aux couples de se poser des questions plus en profondeur lorsqu’ils se retrouvent ensemble, comme par exemple: « Quelle a été l’expérience spirituelle la plus riche que nous ayons vécu ensemble, selon toi ? » ou encore : « Quelles sont les trois choses que tu as accomplies dans notre mariage dont tu es le plus fier ? »

Ce genre de questions permettent aux couples de sortir des conversations qui tournent autour du travail, de la maison ou des enfants, pour aller vers des sujets qui touchent leur cœur.

Dans son travail de thérapeute, Keeton utilise l’expression « temps en face à face » pour décrire un principe de communication essentiel. « Les couples ont besoin de mettre en place un rythme quotidien et hebdomadaire de ‘temps en face à face’. Ça peut être un mélange de discussions sérieuses et détendues. Parfois, ils ont besoin de se retrouver pour parler budget ou emploi du temps, mais à d’autres moments ça peut être pour regarder ensemble leur émission préférée et profiter des publicités pour rigoler. »

Brice et Sarah ont consulté une conseillère conjugale qui les a aidés à travailler sur leurs attentes dans la relation : sur celles qui étaient réalistes, comme sur celles qui ne l’étaient pas. « Je m’attendais à ce que mon nouveau mari, que j’aimais tant, remplace à lui seul ma famille, mes amis et mes collègues », se souvient Sarah.

La conseillère les a tous deux aidés à réajuster leurs attentes, encourageant Sarah à se rappeler que Brice ne pouvait pas à lui seul combler tous ses besoins relationnels après leur changement de région. Elle a aussi pu donner des conseils à Brice sur la manière de se montrer empathique et de s’efforcer à créer plus de liens avec Sarah, malgré les exigences de la vie militaire. Sarah raconte : « Ensemble, nous avons fait évoluer nos attentes. Nous avons trouvé des compromis et surtout appris à aller de l’avant. »

Julie et Thomas ont assisté à une conférence sur le mariage pour trouver des moyens de lutter contre l’isolement et la solitude qu’ils ressentaient. L’un des intervenants les a encouragés à faire de leurs ‘aux revoirs’ du matin un moment de connexion. Il leur a proposé de prier brièvement l’un pour l’autre au moment où Thomas partait au travail. Après la prière, ils devaient s’embrasser sur les lèvres pendant au moins cinq secondes. Pas de baiser envoyé à la volée, en quittant la pièce. Après quelques semaines, ils ont écrit à l’orateur de la conférence pour lui dire que ce petit moment de prière quotidienne les avait réellement aidés à se sentir plus proches l’un à l’autre.

Isaac et Jennifer ont dû intentionnellement apprendre à se parler à nouveau. Isaac a cherché à mieux comprendre Jennifer, qui devait faire le deuil d’une importante saison de leur vie. Jennifer explique : « On avait fini par ne plus entendre Isaac dans cette maison remplie de filles. Il a appris à réinvestir la maison et à me soutenir dans ma peine, plutôt que de seulement chercher à ‘réparer’ la situation. »

Le soir, il a commencé à la rejoindre dans la cuisine pour préparer le repas, une place que les filles prenaient quand elles étaient encore là. Ils ont éteint la télé et ont recommencé à se parler réellement. « Nous avons dû réapprendre à parler d’autre chose que des filles et du chaos de notre quotidien avec elles », avoue Jennifer.

La solitude dans le mariage est une réalité. Quelle que soit l’étape de vie dans laquelle vous vous trouvez, il est probable qu’à un moment ou à un autre, l’un de vous ou les deux se sentent seuls, alors même que vous partagez le même lit. La bonne nouvelle, c’est que vous n’avez pas à le vivre comme une fatalité. En vous montrant vulnérable, en posant les bonnes limites et en vous engageant à prendre du temps ensemble, vous pouvez transformer ces périodes de solitude en temps de rapprochement et de croissance.

* À l’exception d’Erin et Greg Smalley, les prénoms ont été changés pour protéger la vie privée des personnes citées.

1. Extrait du livre Your Spouse Isn’t the Person You Married, écrit par Teri Reisser.

Don Morgan est le directeur senior du Conseil Présidentiel de Focus on the Family.

© 2019 Focus on the Family.  Tous droits réservés.  Utilisation autorisée.  Publié initialement en anglais sur focusonthefamily.com.