Être amoureux, ça suffit ?

Écrit par Shaunti Feldhahn

 

L’engagement par opposition à l’émotion

“Quand tu aimes VRAIMENT quelqu’un, cela ne devrait pas demander d’effort.”

C’est ce qu’a déclaré Vanessa Hudgens, star de High School Musical à CosmoGIRL ! dans le numéro d’août 2008. Cette jeune actrice exprime tout haut ce que des millions de gens pensent tout bas : les sentiments amoureux doivent venir naturellement dans une relation, et s’il faut faire des efforts, c’est que quelque chose ne va pas. Mais en vérité, c’est exactement le contraire : si vous aimez vraiment quelqu’un, alors vous ferez des efforts pour construire et maintenir cette relation.

 

Le roc ou le sable

Jésus parlait d’une maison construite sur le sable qui finissait par être détruite par les tempêtes, tandis qu’une autre construite sur le roc restait inébranlable. En tant que conseillère conjugale, je ne peux que constater avec étonnement le nombre important de couples parmi nous qui construisent leur mariage sur le sable des émotions au lieu du roc de l’engagement. Mais il est encourageant de voir que les couples véritablement engagés l’un envers l’autre peuvent, avec l’aide de Dieu, s’épanouir malgré les inévitables tempêtes.

Pendant cinq ans, une amie proche m’a tenue au courant de ses difficultés conjugales. Elle a commencé avec des courriels quotidiens disant : « Je n’en peux plus » pour finir avec : « Mon mari est vraiment une bénédiction. » À quoi est dû ce changement ? À sa détermination.

Comme elle le dit maintenant : « Le succès d’un mariage n’a que peu à voir avec les circonstances, mais beaucoup avec la détermination : en supprimant le mot divorce de votre vocabulaire et en le remplaçant par engagement. »

 

Qu’est-ce que l’engagement ?

L’engagement, c’est la décision de vivre l’abondance que Dieu veut dans votre mariage, quelles que soient les circonstances, que vous pensiez que votre partenaire remplit son rôle ou non. Cela signifie :

  • Comprendre que le mariage est une alliance inviolable devant Dieu. Lors des mariages, Barry Grecu, ministre du culte à Atlanta, explique que dans la culture hébraïque ancienne, l’alliance était considérée non comme un contrat, qui peut être révoqué, mais comme une entente irrévocable et permanente – exactement comme l’alliance que Dieu fait avec nous.

 

  • Choisir de « continuer jusqu’à ce que nous le ressentions ». Nous laissons souvent nos émotions guider nos actions, mais nous sommes faits pour l’opposé. Notre Créateur nous a créés de telle façon que, lorsque nous aimons quelqu’un en actions, nos émotions suivent inévitablement.

 

  • Se concentrer sur les bons côtés de notre conjoint et nos propres péchés – au lieu du contraire. Si vous n’êtes pas satisfait de votre mariage, acceptez ce défi : dans le mois qui vient, ne dites rien de négatif sur votre conjoint, que ce soit à lui ou à quelqu’un d’autre. Chaque jour, trouvez quelque chose que vous appréciez chez lui, et verbalisez-le. Cette mise en pratique conjugale de Philippiens 4.8 (qui nous enseigne à nous concentrer sur ce qui est digne d’éloges) a le pouvoir de transformer un mariage. Quand nous nous examinons et faisons l’effort de nous améliorer, nous pouvons aider à faire émerger le meilleur chez notre conjoint.

 

  • S’engager dans la communauté chrétienne, la prière et être un disciple – surtout quand nous n’en avons pas envie. Ces trois aspects de la vie chrétienne soutiennent tous les croyants, mais ils sont essentiels particulièrement à ceux qui traversent des temps difficiles.

 

  • S’en remettre à Dieu pour qu’il vous aide à être dévoué envers votre conjoint. Comme le dit Grecu : « Nous sommes incapables de tenir les promesses de notre alliance avec nos forces humaines. Jésus dit : ‘Sans moi, vous ne pouvez rien faire’, et il nous appelle à vivre selon l’Esprit de Dieu qui est en nous. »

 

Un vrai engagement est-il possible ?

Les statistiques souvent citées selon lesquelles 50% des mariages se terminent en divorces – même parmi les gens qui vont à l’église – peuvent suggérer que toute alliance est vaine et vouée à l’échec. Mais ces statistiques sont trompeuses. Des dizaines d’études distinguent les couples qui professent une vraie foi et ceux qui mettent l’accent sur le seul fait d’aller à l’église. Les couples qui ont un fort engagement dans leur foi et vont à l’église régulièrement sont beaucoup plus susceptibles d’avoir des relations qui durent toute leur vie.

Une étude récente en particulier montre un taux de divorce beaucoup plus bas chez ceux qui vont à l’église et prient régulièrement. D’après Brad Wilcox, de l’Université de Virginie, le fait d’aller régulièrement à l’église fait baisser la probabilité de divorce de 30 à 35%. Le travail de Wilcox est confirmé par une autre étude, celle d’Annette Mahoney de l’Université de Bowling Green State, qui parvient à une conclusion similaire de façon indépendante.

Ce taux est encore haut, malheureusement ; mais si l’on ajoute la pratique de la prière, les tentations de divorce plongent de presque 90%. Une enquête des services sociaux de Géorgie a découvert que parmi les couples qui prient ensemble chaque semaine, 7% seulement avaient pensé sérieusement au divorce, contre 65% de ceux qui ne prient jamais ensemble.

Le riche mariage que Dieu veut pour nous non seulement est possible, mais il a toutes ses chances, et le voyage commence par un mot : engagement.

 

Questions-réponses sur l’engagement biblique

Un récent entretien avec l’auteure et thérapeute Leslie Vernick sur l’engagement

Q – Quelle est l’importance de l’engagement dans le mariage ?

R – Eh bien, il faut préciser à quoi la personne est prête à s’engager. En 30 ans, j’ai vu qu’avec un engagement sur le long terme, un couple reste ensemble la plupart du temps. Mais il y a un type d’engagement qui déclare : « Nous ne divorcerons jamais » sans pour autant être biblique.

Q – Qu’est-ce qu’un engagement biblique ?

R – Je vois de nombreux couples mariés légalement, mais divorcés émotionnellement. Dieu nous appelle à mieux que cela. Beaucoup s’engagent à rester mariés, mais pas à s’aimer. Dieu nous appelle à aimer notre conjoint et à rester engagé émotionnellement aussi.

Q – Avez-vous remarqué un déclin de l’importance accordée à l’engagement ?

R – Je vois moins de tolérance, surtout parmi les jeunes couples. Nous avons un idéal de ce que le mariage devrait être et sommes aisément mécontents. Pourtant, ce n’est pas une question de d’alchimie ou de compatibilité, mais de caractère.

 

Shaunti Feldhahn était analyste à Wall Street avant d’utiliser ses talents pour aider les gens à se comprendre. Elle a écrit de nombreux best-sellers. Tally Whitehead, assistante de recherches, a contribué à cet article.

© 2009 Focus on the Family (Canada) Association. Tous droits réservés.