Quelqu’un croit en moi !

Ecrit par Norman Wright

Communiquez de manière positive pour encourager votre conjoint et renforcer votre mariage.

 

Après plus de 40 ans en tant que conseiller, j’ai appris à demander aux couples :  « Qu’aimez-vous dans la façon de communiquer de votre conjoint ? »

Un homme m’a parlé de son besoin d’entendre régulièrement l’affirmation qu’il était un bon père et un bon mari… même s’il n’était pas tout à fait à la hauteur des désirs et des attentes de sa femme. Il souhaitait recevoir de l’affection physique et l’assurance qu’elle était contente d’être mariée avec lui. Il s’inquiétait parfois que cela ne soit pas le cas.

Une femme m’a dit qu’elle aimait que son mari l’écoute sans essayer d’arranger les choses et qu’il la soutienne dans des activités faisant d’elle une meilleure personne et la rapprochant de Dieu. Elle m’a dit qu’il l’encourageait fréquemment et choisissait soigneusement ses mots.

Qu’est-ce que ces commentaires ont en commun ? Dans les deux cas, ces personnes ont exprimé leur besoin de se sentir encouragées et le bénéfice qu’ils en tiraient.

Quand nous faisons le choix d’être encourageant plutôt que de critiquer notre conjoint, nous nous donnons les moyens de construire un mariage sain et solide. Mais cette forme de communication positive nécessite d’adopter quelques habitudes essentielles : être doux de manière intentionnelle, écouter attentivement, et valider notre conjoint. Nous croyons souvent que nos critiques sont une manière de faire changer l’autre, mais cela a souvent l’effet inverse. Il ou elle se sent pris au piège et pas à la hauteur de nos attentes et cela est plus paralysant qu’autre chose. Par contre, à travers nos encouragements, le fait de remarquer les petits efforts ou progrès, nous pouvons susciter chez notre moitié changement, croissance, et réalisation de son potentiel. Nous réveillons en lui un sentiment très puissant : Quelqu’un croit en moi !

Vous pensez peut-être que le mot encouragement est synonyme de compliment, mais c’est plus que cela. Un compliment est limité ; c’est une sorte de récompense verbale. De plus, il met l’accent sur la compétition, c’est une chose qui doit être gagnée et qui est souvent donnée pour avoir été le meilleur. L’encouragement est donné librement. Il peut s’agir de remarquer quelque chose chez une personne que les autres tiennent pour acquise. Ou de mettre en évidence la valeur de quelque chose que les autres remarquent, mais sans jamais penser à le mentionner. Il peut s’agir de renouveler sa foi en son conjoint même quand il est en échec ou qu’il traverse une période difficile.

Encourager votre conjoint en communicant de manière positive peut changer toute son approche de la vie. Voici quelques conseils pour vous aider à être une personne encourageante. Ainsi vous aiderez votre époux ou votre épouse à devenir la personne qu’il ou elle est destinée à être.

 

Être doux

L’une des qualités d’une personne encourageante est la douceur. Cela signifie que lorsque vous découvrez chez l’autre un domaine de sa vie dans lequel il ou elle est vulnérable, vous ne faites pas preuve de dureté, de sévérité ou d’abus d’autorité. Quand vous découvrez un point sensible et délicat chez votre conjoint, vous cherchez plutôt à le protéger et à le ménager.
Le contraire de l’encouragement, c’est la critique, qui est malheureusement souvent plus destructrice qu’autre chose. Lorsqu’on est dans la critique, on se justifie souvent ainsi : c’est pour aider mon conjoint à devenir une personne meilleure. Et pourtant, le plus souvent, on reste frustré parce que ça ne semble pas marcher. La critique démolit la confiance de l’autre et le plus souvent il ou elle se sent alors incapable de changer ou de faire mieux. Au lieu de nourrir la relation, la critique l’empoisonne. Une parole critique suscite la culpabilité, intimide, et provoque souvent des ressentiments.
Chaque fois que vous avez envie de dire quelque chose, souvenez-vous – avant que les mots ne sortent de votre bouche – d’évaluer le pouvoir de vos mots. Réfléchissez à cette paraphrase d’Éphésiens 4.29 : « Faites attention à votre manière de parler. Ne laissez rien de corrompu ou de sale sortir de votre bouche. Dites seulement ce qui aide, que chacun de vos mots soit un cadeau. » Ce que vous dites à votre conjoint peut-il être considéré comme un cadeau ? Ça pourrait l’être, si vous choisissez des paroles d’encouragement.

 

Écouter activement

Le véritable encouragement implique l’art d’écouter. Cela veut dire être attentif quand votre conjoint partage quelque chose avec vous et l’écouter d’une manière qui lui montre qu’il ou elle est entendu. (Voir la dernière partie de cet article, L’encouragement par l’écoute.) Vous pouvez lui montrer que vous l’écoutez en mettant de côté ce sur quoi vous êtes en train de travailler, en regardant votre partenaire, et en répétant avec vos propres mots ce que vous avez compris de ce qu’il ou elle a dit.

 

Valoriser

L’encouragement est une manière de faire savoir ceci à votre époux ou épouse : Tu comptes pour moi. Par exemple en reformulant de manière intentionnelle ses propos négatifs sur lui-même en quelque chose de positif, en identifiant ses atouts et ses qualités particulières. Vous pouvez mettre l’accent sur ses efforts et ses contributions plutôt que sur ses échecs ou sur les choses qui n’ont pas été bien faites. Encourager votre conjoint, c’est reconnaitre qu’il ou elle a de la valeur et de la dignité en dépit de toutes les imperfections que vous pouvez remarquer. C’est trouver les choses de valeur chez l’autre, même quand il ou elle ne le voit pas. L’encouragement édifie l’autre. Il met en lumière toutes ses ressources qui peuvent être transformées en atout et en force.

Les couples exceptionnels comprennent que leurs forces, comme leurs faiblesses, les aident à devenir de meilleures personnes. Nous souhaiterions tous que notre conjoint n’ait pas de défaut, mais aucun d’entre nous n’est parfait. Même si nous travaillons à vaincre nos imperfections, il y aura toujours des moments où notre conjoint sera agacé par notre attitude. Un époux ou une épouse faisant preuve de maturité saura voir ces moments-là comme des opportunités de grandir.

 

L’encouragement par l’écoute

L’un des plus grands cadeaux que vous pouvez offrir à votre conjoint, c’est l’écoute. L’écoute peut être un acte qui renforce les liens et prend soin de l’autre. Si vous écoutez votre conjoint, voici ce qu’il ou elle ressentira : Je dois valoir la peine d’être écouté. Si vous ignorez votre conjoint, il pourrait penser : Ce que je dis ou pense ou ressent n’a pas d’importance, ou Il ou elle ne se soucie pas de moi !

Mais écouter vraiment n’est pas toujours facile ni naturel et cela demande parfois de faire un effort conscient. Voici quelques conseils pour mieux écouter :

Restez concentré.
Quand quelqu’un d’autre parle, la plupart d’entre nous sommes déjà préoccupés par ce que nous allons dire quand l’autre personne aura fini de parler. Même si cela est normal d’anticiper, les Écritures nous encouragent pourtant à faire l’inverse : « Sois prompt à écouter, lent à parler. » Jacques 1.19.

Faites attention à votre langage corporel.
Quand vous communiquez face à face avec votre époux ou épouse, votre message est constitué de trois éléments : le contenu, qui représente seulement 7 % de votre message ; le ton de votre voix, qui représente 38 % ; et la communication non verbale, qui représente 55 %. Qu’est-ce que cela signifie dans votre mariage ? Quand votre conjoint partage quelque chose avec vous, faites l’effort de prendre conscience de votre attitude corporelle et essayer de vous mettre en position d’ouverture et d’écoute (à travers votre corps et votre regard), parce que c’est aussi important que d’écouter avec vos oreilles.

Soyez conscients des différences homme/femme.
La manière dont nous écoutons doit être adaptée à la personne qui parle. Les femmes ont tendance à donner plus de réponses et d’informations pendant qu’elles écoutent. Leurs réponses ne signifient pas nécessairement qu’elles sont d’accord ; elles signifient habituellement : Je comprends, ou Je suis connectée avec toi. Les hommes en disent moins quand ils écoutent, et leurs commentaires veulent généralement dire : Je suis d’accord avec toi. Lorsqu’elle écoute, une femme apprend souvent qu’un homme n’a pas nécessairement besoin d’autant de commentaires qu’elle. Quand elle écoute en silence un homme, il peut répondre avec des mots tels que : Merci de m’écouter avec attention, ne pas être interrompu m’aide à garder mes idées sur la bonne voie. D’un autre côté, quand un homme écoute une femme, il peut avoir besoin de se souvenir de prononcer des paroles qui la rassurent sur le fait qu’elle est entendue.

 

Norman Wright est thérapeute, spécialiste des questions du mariage et de la famille. Il est également l’auteur de plusieurs livres dont Avant de dire oui, aux éditions Ministères Multilingues et La communication : clé d’un mariage réussi, aux éditions Farel.

Cet article a été publié dans le numéro de mars-avril 2014 du magazine Thriving Family sous le titre « Someone believes in me! ». Tous droits réservés © 2014 par H. Norman Wright. Utilisation autorisée.