La pornographie ? Pas mon mari !

Ecrit par Louise Madill

« Je me souviens de cet instant où le temps s’est arrêté. La liste de sites pornographiques sur l’ordinateur de mon mari défilait devant mes yeux. Je ne cessais de la relire, incapable de penser, comme paralysée. J’avais l’impression d’osciller entre le feu et la glace, comme si mon corps ne répondait plus.  Plus la réalité se faisait jour, plus je luttais pour essayer de faire sens du sentiment d’horreur qui m’envahissait. Peu après, alors que mon mari m’accusait avec colère d’avoir violé sa vie privée, a commencé un chemin douloureux auquel mon existence douillette ne m’avait pas préparée.

Plus rien n’avait de sens. Il devait y avoir erreur — ça ne pouvait pas être ma vie. Tout était différent. Tout avait changé : ma perception de mon identité et de celle de mon mari, ma relation avec Dieu, mes attentes pour notre avenir, mon sentiment de confiance. Le ciel m’était tombé sur la tête. Je me rappelle vaguement avoir désespérément cherché de l’aide et m’être rendu compte qu’il existait peu de ressources pour les femmes détruites par la trahison ressentie face à un mari qui consomme de la pornographie.

Quand je suis sortie de ma torpeur, la douleur était si profonde que j’ai souvent douté de ma santé mentale, et de la possibilité de me sentir vivre à nouveau. Si je n’avais pas trouvé une conseillère, je ne pense pas que j’aurais surmonté cette épreuve (je ne voyais vraiment pas comment) et je sais que notre mariage n’y aurait pas survécu. Ma guérison a commencé par un soutien individuel, alors que je tentais d’y voir clair dans le chaos, pour enfin être capable de voir au-delà de toute cette destruction. J’ai dû faire le deuil de l’image que je m’étais faite de mon mariage. Je croyais alors ne plus jamais être capable de faire confiance. Et puis, grâce au soutien d’un groupe de femmes ayant vécu la même expérience que moi, j’ai finalement osé regarder au-delà de moi-même et de ma douleur. L’espoir est si précieux et source de vie ! Marcher à travers les ruines, accompagnée d’abord d’une et ensuite de plusieurs femmes qui comprenaient bien ma situation, a été pour moi une bénédiction incroyable. Les entendre témoigner qu’il est possible de retrouver un sens à la vie, de rebâtir une relation personnelle avec Dieu et de rétablir son mariage a été libérateur.

Mon cheminement est loin d’être terminé. Étrangement, il s’est plutôt étendu. Cela semble ironique, mais je suis reconnaissante pour ce traumatisme inattendu, car il m’a amenée à examiner plusieurs aspects de mon cœur qui m’étaient auparavant inconnus, mais qui avaient besoin de guérison. Cela m’a permis de démanteler des idées fausses que je me faisais sur Dieu, sur moi-même et sur notre vie sur terre. Le traumatisme de la trahison de mon mari m’a donné l’opportunité de redéfinir qui je suis, qui je suis en Jésus, et de remettre ma fragile confiance en Celui qui m’aime le mieux, et dans le plan qu’il a pour moi… pour nous. »

L’aperçu du chemin de guérison de cette femme illustre bien quelques une des caractéristiques communes au cheminement de toutes les épouses qui se retrouvent dans ce genre de situation. Si vous êtes une femme qui a récemment découvert que votre mari consomme de la pornographie, cet article vise à vous aider à savoir comment traverser de cette découverte.

Les résonnances du choc

Durant cette étape, les femmes ont souvent les mêmes réactions au choc initial, elles traversent les mêmes émotions, les mêmes peurs et se posent les mêmes questions. Plus tard, pendant l’étape de restauration et de reconstruction du mariage, le cheminement de chacune reflète plutôt les aspects uniques de son vécu, des attentes et de la personnalité de ce couple en particulier.

Un des réactions qui revient souvent, c’est la tendance à se focaliser sur la façon dont le mari réagit après la découverte, et à voir dans cette réponse un indicateur déterminant de leur avenir. Bien que ce soit une réaction normale à un traumatisme, une étape fondamentale sur le chemin de guérison est de vous focaliser, en tant que femme, sur votre propre relation avec Dieu. Cette relation existait avant votre mariage, mais devient souvent perdue ou fade au milieu des responsabilités quotidiennes du mariage et de la famille. Cependant, votre sécurité personnelle en Dieu est cruciale alors que les fondations de votre mariage semblent irrémédiablement abimées. Vous devez rediriger votre attention vers le Seigneur en ce qui concerne vos attentes pour l’avenir.

Une solution rapide

En fait, il semble parfois qu’il y ait un complot nous empêchant de faire confiance à Dieu. Tout en nous, en tant qu’être humain, cherche à trouver une solution pour mettre fin à la folie… pour faire cesser la douleur. Nous sommes axés, par défaut, sur les solutions. Nous voulons tous une solution rapide, même quand nous réalisons que les dommages sont considérables et qu’aucun remède facile ne saura restaurer l’intégrité du mariage. Notre tendance naturelle est d’essayer de contrôler la tournure des évènements. La plupart des femmes ont de la difficulté à remettre dans les mains de Dieu la suite de leur mariage. Elles sont contrariées devant les incertitudes et luttent avec la partie du chemin où il faut faire preuve de foi.

Ces épouses, dans leur désespoir, veulent une solution et une garantie, et souvent, le mari aussi. Peu sont ceux qui acceptent le lent et douloureux processus de guérison sans d’abord se lancer dans une multitude d’activités pour essayer de résoudre le problème en changeant le comportement, présumant à tort que c’est là tout le problème. Les femmes croient souvent que si elles donnent plus de sexe, si elles font moins de ci et plus de ça, elles peuvent contrôler le comportement de leurs maris. Elles veulent des étapes à suivre, pour mettre fin à leur douleur et mettre fin au comportement de leur mari. D’ailleurs, l’une des premières questions que posent les épouses est : « Comment puis-je le faire arrêter ? »

Pourquoi ce comportement ?

Au début de leur cheminement, elles déploient de grands efforts pour trouver des informations, cherchant des livres et des experts qui pourraient leur dirent quoi faire pour rétablir la situation. Mais, en s’attaquant seulement au comportement — qui n’est qu’une partie du cheminement —, le problème est qu’on ne cherche pas la cause du comportement. L’utilisation de la pornographie révèle quelque chose de brisé dans l’intimité ; les épouses ayant de la difficulté à demander que leurs besoins soient pris en considération dans un mariage brisé par la pornographie mentionnent qu’il existe aussi une difficulté au niveau des capacités à avoir des rapports intimes.

Pour l’épouse, plusieurs aspects de la trahison ont besoin d’être explorés : ce que cette trahison signifie pour elle, par rapport à ce qu’elle croit au sujet du mariage, par rapport à ce qu’elle croit sur Dieu et sur elle-même. Cette approche fournit un environnement propice à la guérison, puisque savoir ce que le traumatisme signifie pour elle l’aidera à déterminer ce dont elle a besoin de la part d’un conseiller et de la part de son mari.

Bien des femmes ont de la difficulté à savoir qui elles sont, à identifier leurs besoins en tant que femmes, à connaitre leur propre voix, et à identifier quelles sont les limites saines afin de pouvoir regagner un sentiment de sécurité. Malheureusement, ces difficultés sont souvent renforcées par la communauté. Beaucoup de personnes bien intentionnées qui viennent « au secours » de ces femmes auront tendance à se concentrer exclusivement sur les façons de mettre fin au comportement de pécheur du mari. Ces gens, ainsi que les maris, ignorent souvent l’effet dévastateur d’un tel traumatisme pour la femme, et peuvent même minimiser ses sentiments, son processus de guérison et ses besoins.

Gérer le sentiment de trahison

Comment guérir d’une telle trahison ? Il est important pour chaque femme d’identifier ce que représente pour elle la découverte de l’utilisation de la pornographie par son mari et de tenter de l’exprimer. Cette approche aidera la femme à faire le point, à valider son chagrin, et à clarifier ce qu’elle choisira de faire au sujet des limites au sein de son mariage.

Il est impossible pour ces femmes de se sortir de la douleur par leur propre raisonnement pour ensuite vivre un meilleur mariage. La guérison viendra plutôt en déposant les blessures de leur cœur et leurs failles au pied de la croix.

Les femmes ont d’abord besoin que leur cœur soit entendu. Une conseillère empathique commencera à refléter le cœur de Dieu envers le cœur blessé de ces femmes. Il s’agit presque de faire un travail de deuil, d’identifier les pertes et de traversée différents ressentis. Au fur et à mesure que le choc et le déni s’estompent, la colère et la dépression jouent alternativement un rôle central. Il est essentiel d’avoir un endroit sûr où exprimer ces émotions parfois extrêmes. Durant les semaines et les mois après la découverte, la femme a besoin qu’on lui permette de ressentir ce qu’elle ressent, quel que soit le niveau d’intensité de ces émotions.

Une épouse a besoin de savoir qu’elle n’est pas la source du problème. Personne n’est responsable des choix et des comportements d’un autre individu. Nous sommes tous responsables devant Dieu de nos propres actions. Il s’ensuit donc que personne ne peut contrôler les choix et les comportements d’un autre individu. Quelles que soient les décisions de l’époux, même au sujet du rétablissement et de la guérison, l’épouse doit assumer la responsabilité de se protéger elle-même — quelle que soit la forme que cela prend — et de persister dans son propre cheminement vers la guérison.

Il est important pour les femmes de réaliser que Dieu les aime profondément et qu’Il veut prendre soin de leur cœur. Dieu veut en effet restaurer en elle une idée juste de sa valeur et de sa dignité en Lui. Jésus est la seule façon pour elle d’être libérée de la douleur de la trahison et de grandir au-delà de cette douleur. Au fur et à mesure qu’elle offre le cheminement de son mari à Dieu, les choses vont se clarifier quant à ce que Dieu désire guérir en elle et ce qu’Il souhaite pour elle. C’est un processus continu, qui peut approfondir l’intimité avec Lui de façon inimaginable. Dieu est à l’œuvre : Il guérit. Et souvent, Il guérit les cœurs avant les mariages.

Les femmes doivent reconnaître qu’elles ne peuvent pas y arriver seules. Les éléments suivants feront souvent partie de leur cheminement : la communion avec le Seigneur Jésus, un accompagnement par un mentor spirituel, un travail avec un ou une conseillère, un cheminement entouré par d’autres femmes en phase de rétablissement, et la thérapie de couple.

En résumé, le fait que votre mari ait consommé de la pornographie n’a rien à voir avec vous. Il n’existe aucune solution facile. Mais Dieu est pour vous ! Il désire guérir votre cœur et Il désire aussi se rapprocher de vous. Laissez-Le donc être votre refuge puisqu’Il est Celui qui connaît vos besoins les plus profonds et vos désirs les plus chers en ce qui vous concerne vous-même et votre mari, et en ce qui concerne votre mariage. Faites de Dieu votre but ultime. C’est en Lui que réside votre espoir.

 

Louise Madill, MA, CCA, travaille à temps partiel pour Focus on the Family Canada et tient un cabinet privé à Vancouver, en Colombie-Britannique.

© 2010 Focus on the Family (Canada) Association. Tous droits réservés.