Être « l’autre parent » dans une famille recomposée

Ecrit par Care Family

Dans une famille recomposée, il s’agit souvent de personnes avec des enfants qui ont divorcé avant de se remarier. Dans ce cas, il y a forcément d’autres parents dans le tableau. Cela peut ajouter à la pression d’une nouvelle famille recomposée, sur le plan financier ou émotionnel.

 

Pression supplémentaire

« Mes deux beaux-fils se préparaient tous les samedis matins et ils attendaient devant la fenêtre de voir leur mère venir les chercher » raconte Anita, qui a deux filles de son premier mariage en plus de ses deux beaux-fils. « Ils attendaient pendant des heures, bien après le moment où elle était censée venir les récupérer. Elle n’est réellement venue que trois fois. Toutes les autres fois, c’était à nous de gérer la frustration et la peine des garçons. »

« Joseph revenait de chez son père avec un comportement atroce » explique Paul, qui a un enfant de son premier mariage et deux beaux-enfants. « Il avait pris l’habitude de passer ses nerfs sur moi, et bien entendu j’avais droit à l’inévitable ‘de toute façon tu n’es pas mon père’ de sa part. »

 

Une transition difficile

Souvent, les enfants arrivent dans une famille recomposée après avoir vécu avec leurs deux parents. Ils ont été témoins de la séparation et du divorce de leurs parents et ont vécu ensuite dans une famille monoparentale pendant un temps. Maintenant il leur faut s’adapter à une situation complètement différente dans leur « nouvelle famille ». Parfois, ils ont été le seul centre d’attention de leurs parents pendant des années et soudain ils se retrouvent avec une autre figure parentale et souvent des demis frères et sœurs, leur place dans la structure familiale change complétement.

 

Soyez là

Être là pour les enfants, quel que soit leur comportement, est extrêmement important. Il faut se rappeler qu’ils sont en souffrance, parfois à cause du rejet de leur autre parent ou du fait de le voir moins souvent. Cela aide à les comprendre en tant que beau parent.

Et il est aussi très important que le mari et la femme se soutiennent à travers ces moments difficiles, plutôt que de permettre à l’enfant ou à « l’autre parent » de venir se mettre entre eux.

« Je voulais que ma propre mère m’aime et pendant longtemps, je n’ai pas accepté ma belle-mère, » rapporte Simon, le plus âgé des beaux-fils d’Anita, qui attendait devant la fenêtre que sa mère vienne le chercher. « Mais petit à petit, je me suis rendu compte de tout ce qu’elle faisait pour moi et comment elle s’occupait de moi quel que soit mon attitude envers elle. Quand, plus tard, j’ai rejoint l’armée, elle était terriblement inquiète pour moi, elle a pleuré quand je suis parti dans le Golfe. Je sais maintenant qu’elle m’aime et je l’aime aussi. »

 

Care for the Family est un organisme caritatif national qui vise à promouvoir une vie de famille forte et à aider ceux qui font face à des difficultés dans ce domaine.

Extrait de “Step-Parenting”, Juin 2004, par Care for the Family. © 2004 Care for the Family. Tous droits réservés. Copyright international. Utilisé avec permission.