Aider votre conjoint introverti à communiquer plus en profondeur

Ecrit par Amy Van Veen

Lorsque l’on demande à Heather s’il lui arrive d’avoir du mal à amener son mari Tim* à s’ouvrir et à parler, elle répond immédiatement par un : « Oh oui ! »

« Quand je lui demande comment il se sent face à une certaine situation, il se referme comme une huitre », nous explique Heather. « Je ne sais vraiment pas comment lui faire exprimer ses sentiments. »

Peut-être que vous aussi vous éprouvez des difficultés quand il s’agit de rentrer dans des conversations plus en profondeur avec votre mari du genre solide-et-silencieux. Ou peut-être que votre femme ne partage pas facilement ce qu’elle a sur le cœur, ayant bâti des murailles de protection tout au long de sa vie.

Peut-être que c’est vous, à qui on a remis cet article, qui ne parlez qu’avec prudence, ayant toujours l’impression que vous êtes incapables d’offrir à votre conjoint le niveau de conversation qu’il désire tant. Ou peut-être que vous lisez ces mots en espérant y trouver enfin la clé pour que votre très silencieux conjoint se mette enfin à parler !

Ce n’est pas pour rien que la communication est un sujet qui revient dans tous les livres, émissions, séminaires ou thérapie sur le mariage. De nombreux couples ont des difficultés dans ce domaine. Si vous vous sentez découragé, que vous n’arrivez pas à pousser votre conjoint à s’ouvrir ou que vous avez le sentiment au contraire que l’autre vous presse de parler alors que cela vous rend mal à l’aise, il existe des manières de développer la communication émotionnelle entre vous de manière saine et en vous sentant en sécurité.

Robert S. Paul est un thérapeute professionnel qui a été coprésident du National Institute of Marriage (aujourd’hui Focus on the Family Marriage Institute) basé à Branson aux États-Unis. C’est là qu’il a créé un programme très apprécié de thérapie intensive pour les couples qui a aidé à sauver des centaines de mariages en crise. Greg Smalley, quant à lui, possède un doctorat en psychologie et il est vice-président de la section Famille et Mariage de Focus On the Family USA.

Ensemble, ils ont écrit The DNA of Relationships for Couples (l’ADN des relations dans le couple), un ouvrage parsemé de témoignages de mariage qui ont été transformés par leur approche. L’une des techniques qu’ils ont mises au point s’appelle le parler-cœur, c’est le terme qu’ils utilisent pour décrire une communication émotionnelle saine.

Mais avant de découvrir les étapes suivre pour apprendre à se servir du parler-cœur, il y a des choses que vous devez comprendre à votre sujet et au sujet de votre partenaire, surtout si l’un de vous aime parler et l’autre pas.

Si vous êtes celui qui aime parler :

D’abord, il est important de se rappeler que vous n’avez pas le pouvoir de rendre votre conjoint bavard et ouvert. Si vous lui demandez sans préambule : « À quoi tu penses ? » il est bien possible qu’en réalité il ne pense à rien de spécial à ce moment-là. Il se peut qu’il soit épuisé par sa journée et qu’il ne soit pas prêt pour une conversation profonde. Peut-être que pour vous, il est facile de rentrer dans un tel échange, mais il peut avoir besoin de plus de temps pour réfléchir à ses réponses. Comprendre les différences de personnalité entre vous et votre conjoint est souvent une étape essentielle quand il s’agit de mieux communiquer sur le plan émotionnel.

En vous penchant sur les spécificités de votre conjoint, vous apprendrez comment il communique le plus facilement et de quoi il a besoin pour se sentir à l’aise dans l’échange. Il est essentiel de lever la pression qu’il peut ressentir de devoir être un as de la communication.

Pour beaucoup, la communication est une compétence qu’ils doivent développer. Il est donc normal de mettre en avant et en pratique le vieil adage : c’est en s’entrainant qu’on s’améliore.

« Votre conjoint et vous ne vous retrouverez pas sur la même longueur d’onde dès le premier ou le deuxième essai (ou peut-être même le troisième ou le quatrième) », expliquent Paul et Smalley. « Reconnaissez plutôt que la communication émotionnelle mérite qu’on y consacre du temps. Elle demande qu’on se montre intentionnel dans nos tentatives pour comprendre les mots prononcés, mais aussi les émotions qui sont derrière. »

Si vous êtes celui qui n’aime pas parler :

S’il vous est difficile de vous ouvrir et de partager ce que vous avez dans le cœur avec votre conjoint, il n’y a pas de honte à avoir. Beaucoup de gens ont du mal à communiquer et il existe des moyens de développer cette compétence, mais la première chose qu’il vous faut pour relever ce défi, c’est de vous sentir en sécurité. Si votre conjoint vous fait ressentir une pression à avoir des conversations profondes à tout moment, il se peut que vous deviez mettre en place des limites pour arriver à mieux vous comprendre. Il est très important de chercher à comprendre votre conjoint, mais il est parfois encore plus important de se connaitre soi-même.

C’est quelque chose que Melissa et Jack ont dû apprendre au fil de leurs nombreuses erreurs. Jack a besoin de beaucoup de temps pour penser à ce qu’il veut dire. Cela les a menés à de nombreuses conversations inachevées et à beaucoup de frustration de part et d’autre. Maintenant, quand ils doivent discuter de sujets importants, Jack prend d’abord le temps de s’asseoir pour écrire ses pensées, ainsi, il peut poser tout ce qu’il a besoin de dire sans sentir la pression de la discussion en face à face. Ensuite, ils se retrouvent tous les deux en prenant la lettre écrite par Jack comme point de départ de leur conversation.

Il arrive aussi parfois que certains ne comprennent pas l’intérêt de la communication émotionnelle. Ils se disent que leur couple se porte bien en n’utilisant que ce que Paul et Smalley appellent le parler-fonctionnel : les échanges de surface que nous avons au quotidien. Mais ils se privent d’un niveau d’intimité plus profond qu’ils pourraient atteindre avec le parler-cœur.

Dans leur livre, Paul et Smalley expliquent aux couples :

« Le parler-cœur est finalement plus efficace et prend moins de temps que d’autres approches. Réfléchissez : si vous n’avez pas besoin de ressasser sans cesse les mêmes choses, vous pouvez passer votre temps à autre chose. Souvent, la raison pour laquelle les femmes reviennent sur les mêmes sujets c’est parce qu’elles ne se sentent pas comprises sur le plan émotionnel. Si les maris prennent le temps de réellement découvrir les préoccupations profondes de leur femme, la conversation peut finalement avancer et ils n’auront pas à écouter la même chose des dizaines de fois, sous un tas d’angles différents. »

Les cinq étapes du parler-cœur

Maintenant que vous avez préparé votre cœur à développer une bonne communication émotionnelle et remis vos attentes en ordre, Paul et Smalley mettent en avant cinq étapes simples du parler-cœur :

1. Faites du sentiment de sécurité une priorité

Selon Paul, l’intimité ou l’ouverture ne devraient jamais être votre objectif premier. Parfois, les gens veulent tellement être ouverts avec leur conjoint qu’ils sont prêts à tout et le résultat peut être plus destructeur qu’autre chose. Le principal besoin de tout un chacun pour s’ouvrir est de se sentir en sécurité. Quand une personne se sent en sécurité, elle se détend et l’ouverture et l’approfondissement de l’intimité en découlent naturellement.

2. Écoutez les mots que prononce la personne qui parle

En écoutant réellement ce que l’autre dit, vous renforcez cette notion d’environnement sécurisant. Vous ne réagissez pas avec des solutions toutes faites ou de manière défensive, vous ne vous sentez pas attaqué, vous prenez simplement le temps d’écouter.

3. Écoutez avec le cœur

Vous pouvez écouter avec votre tête, vous préparer à répondre aux questions ou à résoudre les problèmes, mais en écoutant avec votre cœur vous permettez à votre conjoint de se sentir profondément compris et pris en compte.

4. Renvoyez à l’autre ce que vous entendez dans ce qu’il dit

Il s’agit d’une des bases de la communication que beaucoup d’entre nous ignorent. Paul et Smalley rappellent à leurs lecteurs de ne pas réagir sur le vif, mais d’essayer d’identifier les émotions qui sont derrière ce qui est dit :

« Répétez à votre conjoint ce que vous avez entendu en utilisant vos mots et puis demandez : “Est-ce bien ce que tu as dit ?” Lorsqu’il confirme que vous avez bien compris, demandez-lui ce qu’il ressent. Posez des questions comme : “Qu’as-tu ressenti quand cela t’est arrivé ?” ou “Comment tu te sens par rapport à ça ?” ou “Quand ça m’arrive à moi, je me sens souvent comme ça, est-ce ton cas ?” »

5. Laissez les émotions de l’autre vous toucher

En écoutant avec le cœur et en prenant le temps de réellement entendre et comprendre ce que ressent votre conjoint, vous êtes mieux équipé pour développer l’empathie qui manque parfois dans les conversations plus superficielles. Cet aspect du parler-cœur peut vous paraitre inconfortable et vous rendre vulnérable, mais vous donner la possibilité de ressentir les émotions de votre conjoint sera la base d’une profonde intimité dans votre couple.

Passez du temps dans la prière pour mettre en œuvre le parler-cœur et au fur et à mesure que vous avancez, rappelez-vous de ce que vous apporte le fait de partager vos ressentis et de vous connecter avec votre conjoint à travers la communication émotionnelle.

Comme l’explique l’auteur Gary Chapman dans une émission de radio de Focus on the Family, « C’est une relation d’intimité parce que nous partageons des choses sur le plan intellectuel. Nous partageons nos pensées. Nous partageons ce que nous entendons. Nous partageons ce que nous avons dans le cœur. Nous partageons nos émotions avec l’autre, celles qui sont positives comme les émotions négatives. »

Cet article a été publié sur le site de Focus on the Family Canada,  focusonthefamily.ca sous le titre « Engaging your quiet spouse in deeper conversations ». Tous droits réservés © 2017. Utilisation autorisée.

 *Les noms ont été changés pour préserver la vie privée des personnes.