Méditer avec la lectio divina

Ecrit par Dominique Ourlin

« Je veux méditer sur tes directives, et fixer mes regards sur les voies que tu traces. Ouvre mes yeux pour que je voie de ta Loi les merveilles ! Tes préceptes… sont mes conseillers. Combien j’aime ta loi ! Je la médite toute la journée. »
– PSAUME 119.15-18, 24, 97

Voilà un homme passionné ! Quand on considère que la seule « Bible » dont il disposait était probablement le Pentateuque – les cinq premiers livres de notre Bible – il y a de quoi être interpellé !
Notre Bible, avec ses 66 livres, est une mine inépuisable, une pépinière de pensées et de vérités à découvrir pour ensuite les intégrer et les voir éclairer et guider nos journées entières. À nous de relever le défi d’apprendre à les contempler, les explorer, les savourer pour mieux les vivre ensuite.

LA MÉDITATION – UNE PRATIQUE REMISE À L’HONNEUR

Si la méditation a longtemps été associée aux religions et philosophies orientales, tel n’est plus forcément le cas aujourd’hui. Elle est de plus en plus présente, y compris sur les lieux de travail1 et même dans les écoles primaires2. En fait, ces enseignements et pratiques sont souvent fondés sur des principes de bon sens – voire bibliques ! La résurgence d’intérêt pour la méditation devrait nous amener à prendre conscience du trésor dont nous disposons, nous chrétiens qui embrassons la Bible comme Parole inspirée de Dieu.
Si la méditation est pour certains une méthode de relaxation ou une forme d’évasion, la méditation au sens biblique consiste à « se reposer en celui que nous avons trouvé, qui nous aime, qui est proche de nous et qui vient vers nous pour nous attirer à lui », disait Thomas Merton.

« C’est cette insistance continuelle sur l’obéissance et la fidélité qui distingue le plus clairement la méditation chrétienne de ses homologues orientale et séculière. » 
— RICHARD FOSTER

VOUS AVEZ DIT « LECTIO DIVINA » ?

Pendant plus de mille ans, soit de 300 à 1500 apr. J.-C. environ, ce que l’on appelait la lectio divina (lecture divine ou sacrée) était une discipline couramment encouragée et pratiquée par les chrétiens en vue de rencontrer Dieu dans leur quotidien. Il n’est certes pas question ici de remettre à l’honneur des traditions religieuses poussiéreuses, mais plutôt d’« examiner toutes choses et de retenir ce qui est bon » (1Th 5.21). Nous avons tant à apprendre de ceux qui nous ont précédés !
Sans doute les principes de la lectio divina ne sont-ils pas nouveaux pour tous ; je crois cependant qu’ils pourront encourager et stimuler beaucoup d’entre nous. Précisons bien que ces pratiques n’ont rien de magique ni de mécanique. Chacun peut et doit les adapter à sa personnalité et à sa réalité quotidienne…

RENCONTRER DIEU PAR SA PAROLE EN 4 ÉTAPES

La lectio divina est un processus en quatre temps : lecture, méditation, prière et contemplation. Un peu comme un sentier qui nous conduirait des bruits de la ville, à la quiétude bienfaisante de la campagne.

1ère étape, la lecture : se mettre à l’écoute du texte

Trouver un endroit calme où vous pourrez rester un moment ininterrompu.
Choisir une portion de l’Écriture – ni trop longue ni trop courte – sans doute un chapitre ou un paragraphe.
Accueillir l’aide de l’Esprit dans la prière afin d’être ouvert et attentif au texte.
Lire, relire et relire encore lentement, attentivement, un peu comme un promeneur observe ce qui l’entoure au fil de sa marche. Ne vous attendez pas à voir des éclairs ou à tomber en extase, mais attendez-vous à vous laisser attirer et gagner par la douce présence de l’auteur. Soyez attentif au « murmure doux et léger » de la voix de Dieu qui saura vous inviter à vous attarder sur tel mot ou telle expression. Une fois que votre attention a été saisie par une partie du texte, arrêtez-vous là et passez à la méditation.

2ème étape, la méditation : savourer la portion de texte retenue

Sans chercher tout de suite à mettre cette parole en pratique, prenez le temps de l’examiner et de la contempler, de la goûter et de l’intérioriser. Nourrissez-vous-en avant de chercher à en tirer une application concrète. Chaque chose en son temps. Ruminez-la. Le verbe « ruminer » n’est certes pas élégant, mais il reflète très bien le sens premier de la méditation. Laissez cette parole façonner et alimenter votre pensée, votre réflexion, votre discours intérieur.
Récemment, j’ai été saisi en lisant ces paroles dans les Chroniques : « L’Éternel leur donna du repos de tous côtés » (2Ch 15.15). Bien sûr, il s’agissait de sa protection par rapport aux ennemis physiques d’Israël qui l’entouraient. Mais j’ai pris conscience du fait que Dieu voulait faire la même œuvre dans ma vie « de tous côtés » : émotionnel, mental, spirituel, physique. J’ai essayé de mâchouiller cette belle vérité au fil de ma journée, ce qui m’a apaisé durablement… de tous côtés.

3ème étape, la prière : transformer la vérité reçue en prière

Priez la Parole ! Que ce soit en ses propres termes ou avec vos propres mots et images, pourvu que ce que vous retenez de votre méditation vous amène à dialoguer avec le Seigneur et à lui parler de ce que vous êtes et vivez vraiment. Prier n’est pas un moyen d’impressionner Dieu par notre maîtrise du vocabulaire biblique et évangélique. C’est plutôt la mise à nu devant Dieu de ce que je suis et vis ici et maintenant – pour le meilleur et pour le pire – mais toujours en vue du meilleur par sa grâce agissant en nous.

« La méditation chrétienne, c’est tout simplement la capacité à entendre la voix de Dieu et à obéir à sa Parole. C’est aussi simple que cela. » — RICHARD FOSTER

4ème étape, la contemplation : élever son âme vers Dieu dans la contemplation et l’adoration

Un peu comme on aime s’attarder à contempler un beau paysage découvert au cours d’une randonnée, prendre le temps de savourer, de déguster comme on le fait lorsqu’on mange un bon repas.

« Retrouve le repos, mon âme, car l’Éternel t’a fait du bien ! » 
— PSAUME 116.7

Et pour en prolonger les effets et poursuivre ainsi le travail intérieur de la méditation, pourquoi ne pas noter sur un Post-it le texte ou le mot qui a retenu votre attention pour y revenir au cours de la journée à « temps perdu » ? Ce sera sans doute une très bonne façon de racheter le temps !
Les hommes et les femmes de la Bible entendirent la voix de Dieu et suivirent sa voie non parce qu’ils étaient des gens hors du commun, mais parce qu’ils étaient disposés à se placer à son écoute dans leur quotidien.

 

Quelques suggestions de textes bibliques pour nourrir notre méditation – seul, en famille ou en groupe :

Matthieu 5.1-16 | Matthieu 6.1-18 | Marc 7.20-23 | Luc 15 | Jean 1.1-18 | Jean 13.1-17 | Romains 6.11-14 | Romains 12 | 1 Corinthiens 13 | Jacques 1.12-27 | 1 Pierre 1.3-12 | 2 Pierre 1.1-12 | 2 Pierre 3.1-18 | 1 Jean 4.7-21

1. http://www.huffingtonpost.fr/2014/11/17/meditation-travail-dirigeants-chefs-entreprise-entrepreneurs_n_6133290.html
2. http://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/le-15-18/segments/chronique/17743/meditation-ecole-eleves-enfants-philosophie

Dominique Ourlin est pasteur au Québec depuis plus de 15 ans, avec son épouse Candy. Il est auteur de deux livres disponibles sur painsurleseaux.com.

Focus on the Family (Canada) Tous droits réservés © 2017 Dominique Ourlin. Utilisation autorisée.