La proximité avec Dieu : le secret pour retrouver l’espoir dans votre couple

Ecrit par Sandy Ralya

Les trois secrets relationnels de celui qui reste ancré en Jésus

Mon mari a décrété qu’il voulait une vue panoramique. Je me suis insurgée : « Quoi ?! Tu avais juste dit que tu voulais une jolie vue. » Voilà qui contrariait tous mes projets.

En une journée, Tom et moi avions vendu la ferme dans laquelle nous vivions depuis 23 ans. Résultat ? Un tourbillon d’activités dans le but de réduire le nombre de nos possessions accumulées au fil des années. Nous étions tous les deux d’accord que la priorité pour notre prochaine maison, c’était d’avoir une jolie vue.

Après avoir cherché pendant un mois, je suis tombée sur une adorable maisonnette en pierre. Elle était située de manière idéale, à égale distance de nos trois enfants et leurs familles. Elle avait tout ce que nous voulions, dont une vue sur un champ de maïs. Le prix me convenait. Pour moi, l’affaire était dans le sac.

Mais Tom ne partageait pas mon enthousiasme. Il a visité la maison à une heure de grande circulation et a remarqué que la route adjacente était une artère principale plutôt bruyante. Il a aussi précisé qu’il n’était pas convaincu par le champ de maïs. Il lui fallait mieux que cela.

J’aimerais vous dire que j’ai accepté son avis sans difficulté, mais en réalité, cela m’a rendue amère et tout ce que je voyais, c’était que les positions de Tom m’empêchaient d’obtenir ma charmante maison en pierre.

Je me suis mise à bouillonner.

Je suis sujette aux mêmes difficultés que traversent la plupart des femmes que j’accompagne en tant que mentor. Lors d’une séance d’une heure, l’une de ces femmes, Amanda, m’a abreuvée d’une litanie de plaintes concernant son mari. Elle s’inquiétait du fait que leur désir de commencer ensemble un ministère semblait sans cesse retardé. Elle notait que son mari remettait les choses au lendemain, ne s’investissait pas dans l’éducation des enfants et semblait ne pas la désirer sexuellement, malgré ses avances.

Je comprenais les frustrations d’Amanda et je compatissais, mais elle avait besoin de plus que cela. Il y a 20 ans de cela, lors de mes premiers pas de mentor, je lui aurais proposé des réponses bibliques ou pratiques censées tout régler. Malheureusement, cette approche fonctionne rarement, et avec l’expérience, je savais que ce n’était pas ce qu’il lui fallait.

Je n’avais pas de manuel à lui donner pour atteindre les changements souhaités, mais j’avais mieux : l’espoir en Jésus. J’ai appris à travers mon rôle de mentor que la clé d’un mariage qui porte du fruit, c’est de rester ancré en Jésus, le Cep.

J’ai montré à Amanda les paroles de Jésus en Jean 15.4 : « Demeurez en moi et je demeurerai en vous. Le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même, sans rester attaché au cep ; il en va de même pour vous si vous ne demeurez pas en moi. »  Jean 15.1-10 décrit précisément ce que nous espérons obtenir d’une relation avec Dieu : une récolte de bons fruits, plus de fruits, des fruits excellents.

Premier secret de celui qui demeure en Dieu : l’écoute

Même un vigneron humain ne néglige pas ses vignes, sauf s’il ne veut pas de raisin. De même, Dieu ne nous laisse pas nous débrouiller tout seuls. Au contraire, il s’occupe de nous avec soin et attention. Il veut que nous fassions l’expérience d’une vie qui porte du fruit, en particulier dans notre mariage.

Il observe avec tendresse nos pensées, nos paroles ou nos actions les plus intimes. Puis, Il partage avec nous généralement ses observations d’une voix douce et légère (1 Rois 19.12). Si vous écoutez et répondez à cette voix, vous ferez l’expérience des fruits de l’Esprit : plus d’amour, de joie, de paix, de patience, de bonté, de bienveillance, de foi, de douceur et de maîtrise de soi (Galates 5.22-23).

Se réserver du temps pour écouter humblement est un des secrets pour retirer le maximum de notre relation à Dieu. J’ai mis Amanda au défi de prendre du temps dans sa journée pour écouter tout ce que Dieu voulait lui révéler. Nous avons pris du temps en silence toutes les deux pour laisser nos pensées s’apaiser et écouter ce que Dieu voulait lui dire concernant les frustrations qu’elle vivait.

Après une minute, je lui ai demandé si elle avait entendu quelque chose. Elle a acquiescé. Elle avait entendu Dieu lui demander : « Quel est le prochain pas que tu peux faire vers moi ? »

L’Esprit poussait Amanda à détourner son attention de son mari et à se concentrer sur Celui qui pouvait répondre à tous ses besoins. Ce message a fait comprendre à Amanda que son Père céleste était tout près et voulait qu’elle s’approche de Lui. Elle s’est sentie aimée et encouragée et surtout, elle a ressenti de l’espoir pour son mariage.

Deuxième secret de celui qui demeure en Dieu : le lâcher-prise

Pour faire l’expérience d’une belle récolte de fruit, il est essentiel de se laisser élaguer. Il faut éloigner les distractions que représentent l’amertume et le ressentiment si on veut voir plus de bonnes choses sortir de notre mariage.

Amanda était d’accord pour s’approcher de Dieu. Elle a choisi de lâcher toutes les pensées négatives qui lui polluaient l’esprit, le temps de remercier Dieu pour les bons côtés de son mari.

Il est facile de tomber dans l’incompréhension quand cela fait longtemps que l’on demeure en Dieu et que malgré cela, on ne voit pas les changements attendus dans notre mariage. On peut se demander : où est Dieu dans ma souffrance ?

J’ai appris qu’en réalité Il se tient juste là, un sécateur à la main. Mais c’est un processus douloureux ! Il faut s’attendre à ce que certaines personnes, certaines choses ou certains lieux qui vous tiennent à cœur doivent être mis de côté.

Troisième secret de celui qui demeure en Dieu : tenir bon

Si les tempêtes de la vie menacent, continuez à écouter Dieu et à lui faire confiance. Accrochez-vous à cet espoir de toutes vos forces. Trouvez-vous un mentor ou un ami qui peut vous encourager pendant ce temps difficile d’élagage et vous aider à rester patient.

Les réponses de Dieu à Amanda ne sont pas venues d’un seul coup. Mais elle a continué à espérer. Avec le temps, son mari a recommencé à venir vers elle sur le plan sexuel. Et encore mieux que cela, ils ont commencé à mettre en place le ministère auprès des victimes d’abus sexuels dont ils avaient tant parlé en ouvrant un centre de retraite. Est-ce que tout est parfait aujourd’hui ? Non. Mais elle peut témoigner de la main de Dieu qui agit dans sa vie.

Ces trois secrets de celui qui demeure en Dieu m’aident constamment dans ma propre relation à Dieu autant que dans mon rôle de mentor. Écouter, lâcher prise et tenir bon ont produit d’excellents fruits dans mon mariage et dans ma vie.

J’ai commencé ce cheminement en écoutant Dieu à travers le Psaume 27. 13-14 : « Que deviendrais-je, si je n’avais pas l’assurance de voir la bonté du Seigneur sur cette terre où nous vivons ? Compte patiemment sur le Seigneur ; ressaisis-toi, reprends courage, oui, compte patiemment sur le Seigneur. »

J’ai laissé le Grand Vigneron élaguer mon ressentiment face à la perte de ma maison en pierre et j’ai pardonné à mon mari. J’allais devoir attendre une meilleure opportunité. Mais j’ai gardé espoir et le résultat est une magnifique maison choisie par mon mari qui possède une extraordinaire vue panoramique. À chaque fois que je pose les yeux sur cette étendue de collines et de forêts, je remercie le Seigneur de la manière dont il a modifié mon regard sur mon mari et sur le mariage.

Sandy Ralya est auteure et fondatrice de Beautiful Womanhood, un ministère d’accompagnement des femmes chrétiennes dans leur mariage.

Extrait du site de Focus on the Family focusonthefamily.com. © 2017 Sandy Ralya. Tous droits réservés. Utilisé avec permission.