Comment se faire de bons amis ?

Ecrit par Shaunti Feldhahn

Le cœur d’Alice se serra quand elle vit sa fille rentrer en courant dans la maison, balancer son cartable par terre et s’écrouler sur son lit en sanglotant. Les enfants peuvent être tellement cruels…

Alice entra dans la chambre. Entre deux sanglots sa fille lui lança : « Ne m’oblige pas à retourner à l’école. Tout le monde me déteste là-bas ! »

Alice prit l’enfant dans ses bras et la serra. « Ils ne te détestent pas ma chérie. »

« Mais je n’ai aucun ami, » gémit-elle.

« Bien sûr que si. Déborah est venue jouer il y a seulement quelques jours. »

La fillette renifla : « Oui, il y a Déborah. » Puis posant un regard désespéré sur sa mère elle lui demanda : « Mais qui d’autre ? »

Alice était mal à l’aise. « Et Angie alors ? »

« Elle ne me parle plus depuis des mois. Et Camille et Lara non plus. » Elle se remit à pleurer. « Tous les enfants du groupe de jeunes se trouvent des excuses pour ne pas m’inviter quand ils font des choses. Je n’ai aucun ami ! »

Alice prit à nouveau sa fille dans ses bras, se demandant ce qu’elle pourrait bien répondre. Sa fille avait raison. Personne ne l’aimait. Comment pouvait-elle l’aider à se faire des amis ? C’était une gentille petite fille, mais elle ne comprenait pas que les autres la fuyaient parce qu’elle parlait trop, se montrait hypersensible et ne savait pas comment les aborder de manière appropriée.

Alice se dit alors que la seule façon d’aider sa fille à trouver des amis, c’était de l’aider à être une bonne amie. Et c’est donc ce qu’elle a fait.

Cette petite fille finit par apprendre à être une vraie amie et elle a maintenant beaucoup d’excellents amis autour d’elle.

Comment est-ce que je sais cela ? Cette fillette, c’était moi.

En grandissant, j’ai appris d’importants principes relationnels qui m’aident encore aujourd’hui à construire de nouvelles amitiés. Voici trois habitudes de base que vous pouvez enseigner à vos enfants afin de les accompagner durant ces années où ils apprennent ce qu’est l’amitié.

Habitude n°1 : demandez à l’autre de parler de lui 

C’est l’un des faits les plus importants que j’ai appris concernant l’amitié : être un bon ami, ce n’est pas parler de soi aux autres. C’est leur demander de parler d’eux. Pendant longtemps, j’ai essayé de m’insérer dans les conversations et de me faire accepter par le fameux « moi aussi ! » Mais j’ai appris à poser des questions du genre : « Que fait ta famille pendant les vacances d’été ? » et à m’intéresser à ce que l’autre enfant avait à raconter. Et c’est quelque chose que les gens apprécient vraiment.

Généralement, il est plus agréable d’être avec des enfants qui ne font pas que parler d’eux-mêmes (sauf quand on le leur demande) et qui s’intéressent aux autres.

Poussez vos enfants à apprendre une ou deux choses nouvelles sur leurs amis chaque semaine, ou sur ceux qu’ils aimeraient avoir comme amis. Montrez leur comment poser des questions, comme : « Quel est ton meilleur souvenir de vacances ? » ou « Quel est ton jeu vidéo préféré ? » (La question préférée de mon fils concerne le niveau atteint dans un jeu vidéo auquel jouent tous les garçons. Je n’y comprends pas grand-chose, mais cela semble toujours les enthousiasmer !)

Habitude n°2 : mettez l’autre à l’aise

Un autre prérequis pour devenir un bon ami est d’observer ce que ressentent les autres et de chercher à les mettre à l’aise.

Les jeunes enfants sont souvent centrés sur eux-mêmes et ne réalisent pas quand, par exemple, le petit copain qu’ils ont invité à jouer les regarde construire leur tour en lego sans participer. Au lieu de simplement lui enjoindre de faire jouer son ami, prenez-le à part quelques minutes et dites-lui : « Jean, que penses-tu que Paul ressente quand tu construis seul ta tour et que tu ne le laisses pas jouer ? »

Il est particulièrement important de leur transmettre cette sensibilité pendant les premières années du secondaire. C’est l’âge où les enfants deviennent moins tolérants entre eux et beaucoup plus conscients des enjeux liés aux rapports sociaux. Il faut qu’ils sachent qu’ils n’ont pas besoin d’être ami avec tout le monde, mais qu’ils doivent se montrer sensibles au ressenti de chacun. Apprenez à un enfant sûr de lui à se mettre à la place d’un camarade complexé et aidez un enfant complexé à réaliser que même ceux qui ont l’air très sûrs d’eux ne le sont souvent pas tant que cela.

Habitude n°3 : tendez la main à l’autre

Pour finir, le seul moyen pour que des enfants deviennent amis, c’est qu’ils passent du temps ensemble. Il faut donc que quelqu’un prenne l’initiative et facilite ce partage. Avant que vos enfants n’apprennent à conduire, leur succès en tant qu’amis repose en grande partie sur vous. Même si votre fille a terriblement envie de passer du temps chez Jennie, cela ne pourra se faire qu’avec votre participation.

Pour nos préadolescents, être un bon ami implique souvent de prendre le risque d’inviter les autres chez soi. Vous pouvez aider à développer cet élément essentiel de l’amitié en soufflant à votre enfant : « Avec qui as-tu envie de passer du temps ? Très bien. Pourquoi ne pas lui demander si elle peut venir à la maison ce weekend ? »

Ces habitudes demandent de la pratique. Quand votre enfant verra que cela fonctionne, il aura envie de continuer dans cette voie.

 Shaunti Feldhahn est chercheuse en sociologie et auteure.

Traduction © 2018 Focus on the Family.  Tout droit réservé.  Utilisé avec permission.  Publié à l’origine en anglais sur focusonthefamily.com.