Quatre façons dont la bienveillance peut changer votre mariage

Ecrit par Amy Van Veen

Si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, la « bienveillance » est l’un des fruits de l’esprit que l’on a tendance à ignorer. La fidélité peut s’avérer difficile. La maîtrise de soi présente des défis évidents. L’amour et la paix sont des objectifs de taille. La bienveillance, elle, est un attribut que nous avons souvent tendance à tenir pour acquis. Pourtant, comme toute vertu qui en vaut la peine, la bienveillance peut être difficile à mettre en pratique.

Après tout, faire des remarques sarcastiques sur les faiblesses de son conjoint peut s’avérer plus facile que de prendre un peu de recul et de l’accepter comme il est, quels que soient ses défauts. Ces remarques nous viennent souvent plus vite en tête que les paroles d’affection. Et s’attendre à ce que notre conjoint fasse ce que l’on n’a pas fait peut devenir une réaction automatique, au lieu de nous surpasser de façon altruiste, sans attendre de reconnaissance en retour. Cependant, lorsque la bienveillance fait partie intégrale de votre vie quotidienne, elle peut aussi servir de fondation à votre mariage.

Dans un sermon traitant de ce fruit de l’esprit, Tim McCarthy, pasteur de North Langley Community Church, définit la bienveillance comme « un engagement coûteux et inconditionnel à être une bénédiction pour toutes et tous ».

Quand ce type de bienveillance est mise en pratique au quotidien, cela se traduit par une acceptation de votre conjoint, un engagement à l’édifier, une attitude de service envers lui/elle et la capacité de maintenir un mariage qui dure toute une vie.

1. La bienveillance accepte l’autre

Dans un message sur la joie dans le mariage, le pasteur Adrian Rogers déclarait ceci :

« Vous vous demandez : “Mais… que faire des défauts de ma partenaire ? Que faire de ses erreurs ? Que faire de ses faiblesses ?” Acceptez-les. Elle doit accepter les vôtres. Avez-vous déjà songé au fait que les défauts, les lacunes, les faiblesses ou les particularités de votre femme pourraient être un cadeau de Dieu pour vous permettre de développer une certaine facette de votre caractère ? Les contraires s’attirent. Il se peut que les retards chroniques de votre femme soient un cadeau divin pour vous apprendre la patience. »

La bienveillance ne note pas chaque petite lacune d’une personne pour ensuite les retourner contre elle. Une attitude vraiment bienveillante vous permet de pardonner les erreurs de votre conjoint parce que vous avez tout d’abord reçu le pardon d’un Dieu bienveillant.

« Le règne de Dieu en Christ est bienveillant », explique le Pasteur McCarthy. « Bienveillant envers nous et à travers nous ». Si Dieu peut nous pardonner nos nombreux défauts, nous pouvons certainement faire preuve de la même gracieuseté envers la personne qui voit nos plus grands défauts au jour le jour.

 2. La bienveillance encourage l’autre

Mélissa est parfaitement consciente de tout ce que son mari, Jacques, fait pour elle et leur famille. Malheureusement, elle est souvent en compagnie d’amies qui dénigrent à tour de rôle les faiblesses de leurs maris — parfois même devant ces derniers. Mélissa fait donc des efforts significatifs pour trouver des occasions de complimenter son mari — lorsqu’ils sont en tête-à-tête, en groupe ou même en son absence.

Dans son livre Le mariage, Timothy Keller décrit clairement le pouvoir de vos paroles sur votre conjoint :

« Nous avons dit que si tout le reste du monde dit que vous êtes laide, mais que votre époux dit que vous êtes belle, vous vous sentirez belle puisque les mots de votre époux ont ce genre de pouvoir. Mais cela signifie que le contraire aussi est vrai. Si tout le reste du monde vous dit que vous êtes belle, mais que votre époux dit que vous êtes laide, vous vous sentirez laide. L’opinion de votre conjoint à votre égard peut être une arme terrible. Tôt dans votre mariage, vous réaliserez à quel point vous êtes en mesure de blesser votre conjoint. Vous connaissez ses points sensibles comme personne d’autre. Et des remarques désobligeantes de votre part blesseront votre conjoint plus profondément qu’aucun couteau ne pourrait le faire. »

Dans toutes vos interactions, il serait sage de garder à l’esprit le verset 29 du chapitre 4 de la lettre aux Éphésiens : « Ne laissez aucune parole blessante franchir vos lèvres, mais seulement des paroles empreintes de bonté. Qu’elles répondent à un besoin et aident les autres à grandir dans la foi. Ainsi elles feront du bien à ceux qui vous entendent. »

3. La bienveillance est au service de l’autre

Puisque servir les autres est coûteux et inconditionnel, on peut facilement remarquer votre bienveillance à vos gestes altruistes de service envers votre conjoint.

« Pour avoir un mariage serein, l’Esprit doit créer en vous une habileté de servir, de vous écarter du centre d’attention, et de faire passer les besoins des autres avant vos propres besoins », écrit Timothy Keller.

Bien sûr, ajoute-t-il, personne n’est capable de faire cela par lui-même. Éventuellement, notre habileté de servir s’épuise. Nous devenons fatigués et nous commençons à regarder le service non comme inconditionnel, mais plutôt comme contractuel et, éventuellement, nous éprouvons du ressentiment. C’est pourquoi il est si important de nous assurer que cette habileté soit « créée par l’Esprit ». Nous devons être à l’écoute de Dieu pour que notre bienveillance se manifeste en actes de service.

« Tellement de relations sont en difficulté simplement
parce que les gens ont oublié comment faire preuve de bienveillance les uns envers les autres », dit McCarthy.

« Je dois être honnête avec moi-même, je crois que nous devons tous être honnêtes avec nous-mêmes et dire qu’étant donné le stress et les difficultés et les défis de la vie, ainsi que notre propre égoïsme, il nous est impossible de maintenir une attitude de constante bienveillance dans toutes nos relations s’il n’en tient qu’à nous ».

4. La bienveillance soutient l’autre

Lorsqu’on la met en pratique de façon quotidienne, la bienveillance — comme toute autre discipline — devient une habitude. Et, lorsque la bienveillance devient partie intégrante de toutes nos activités, elle nous offre un soutien. McCarthy et son épouse, Cyndi, ont constaté que cet élément est absolument essentiel dans leur mariage :

« Faire preuve de bienveillance l’un envers l’autre est un engagement que Cyndi et moi avons pris en nous mariant. Nous savons que la bienveillance était à la source de notre amour initial et que ce sera aussi l’élément qui aidera notre mariage à durer. Et nous la mettons en application d’une façon des plus pratiques : en partageant les tâches ménagères et les devoirs, en nous encourageant l’un l’autre dans nos ministères respectifs, en nous laissant des notes d’appréciation et d’encouragement, et en ne nous rabaissant jamais l’un l’autre ni en privé ni en public. Et, bien sûr, en ne laissant pas les désaccords s’envenimer jusqu’à l’amertume, mais plutôt en trouvant des solutions qui sont avantageuses pour nous deux. La bienveillance que me démontre Cyndi est l’une des raisons majeures pour lesquelles je suis encore éperdument amoureux d’elle après 19 ans de mariage ».

Quoique la bienveillance puisse être supplantée par d’autres fruits de l’Esprit, ne laissez pas cet attribut passer dans l’oubli au sein de votre mariage. Faites preuve de bienveillance de façon intentionnelle dans vos interactions quotidiennes avec votre conjoint et constatez l’effet positif que ce comportement aura sur votre mariage.

Amy Van Veen est directrice de la rédaction à Focus on the Family Canada.

Les références aux individus et organismes cités ne constituent pas une approbation sans réserve de leur travail externe ou de leurs organismes respectifs. © 2016 Focus on the Family Canada (Association). Tous droits réservés.