Travail & vie de famille

Ecrit par Richard A. Swenson

Dans les années 1960, des futurologues ont prédit qu’avant le 21e siècle, on aurait un seul salarié par famille, travaillant 20 heures par semaine. La réalité moderne rend cette prédiction idyllique presque risible. Aujourd’hui, beaucoup de gens, surtout ceux dont les emplois sont bien payés, travaillent 50 heures ou plus par semaine ! Ce qui laisse peu de temps pour la vie de famille.

La technologie moderne a rendu possible cette habitude de travail sans fin. Avec les téléphones intelligents, les ordinateurs portables et l’Internet sans fil, nous pouvons maintenant travailler n’importe où, n’importe quand : les soirs, les nuits, les fins de semaine, dans la voiture, dans les cafés… Selon un sondage récent, 59 % des personnes interrogées utilisant leurs courriels ont dit regarder consulter leur boîte de réception même dans la salle de bain.

Mais alors, qu’est-il arrivé aux temps exclusivement liés au loisir ? Les familles ont besoin de partager des expériences de vie. Elles ont besoin d’apprendre à se connaître en riant les uns avec les autres, en partageant des repas, en faisant des feux de camp, en se racontant des histoires et en faisant des bagarres d’oreillers.

Cela étant, ce n’est pas le travail en lui-même le coupable. Quand il est équilibré avec le reste de la vie, le travail est en fait une bénédiction énorme et l’allié d’une vie saine en famille.

Voici donc trois conseils pour nous aider à établir un bon équilibre entre le travail et la vie de famille :

1. FAITES ATTENTION À LA LIMITE DE VITESSE

Au travail, on met en valeur la rapidité parce que la vitesse augmente la productivité. Au sein du foyer, par contre, il n’en va pas de même. Les familles ne s’épanouissent pas dans la rapidité et la productivité, mais plutôt dans l’amour et la communication.

Il est important de savoir comment changer de vitesse entre le rythme du travail et celui du foyer. C’est ce qu’un parent, accro de la précipitation, a appris à Londres. Au début, ce papa a été très enthousiaste de découvrir le concept des « histoires-minute » à lire aux enfants avant qu’ils se couchent : « Ma première réaction a été : Super, des histoires qui durent juste une minute ! Et puis tout de suite après, je me suis dit : Wow, est-ce qu’on en est vraiment arrivé là ? » Il y a un temps pour aller vite, mais rappelons-nous que Jésus n’était jamais pressé, surtout avec les enfants. Laissons cette mentalité de précipitation sur notre lieu de travail et prenons le temps de nous détendre à la maison avec notre famille.

2. CALCULEZ LE COÛT

« Le coût d’opportunité » est un terme utilisé en économie. Le principe c’est que, lorsque nous dépensons notre temps, notre argent ou notre énergie pour quelque chose, nous perdons en même temps l’opportunité de dépenser ce même temps, argent ou énergie pour quelque chose d’autre. Ils sont perdus pour toujours.

Pour avoir un bon équilibre sur le long terme entre le travail et la famille, il faut orienter nos « coûts d’opportunité » en faveur des priorités qui comptent le plus, en particulier nos familles. Un homme de Seattle s’est vu offrir un poste de vice-président international dans son entreprise de services financiers. Ce poste lui aurait demandé d’être disponible pour répondre à son BlackBerry 24/7, 365 jours par an. Après avoir considéré le prestige lié à ce poste, il pensa à sa famille. Alors qu’il réfléchissait à la meilleure décision à prendre, il entendit soudain ses enfants qui jouaient du violon dans la maison… et il refusa ce travail. Son équilibre aurait été anéanti, et son temps avec sa famille en aurait souffert. Le « coût d’opportunité » était tout simplement trop élevé. Quand nous prenons une décision au travail, gardons à l’esprit l’effet que cette décision aura sur notre vie familiale.

3. CHÉRISSEZ LE FOYER

Nous souhaitons tous avoir de l’intégrité sur le lieu de travail, et face au ralentissement économique, nos lieux de travail ont besoin de travailleurs qui s’investissent. Mais nos familles sont bien trop importantes, et fragiles, pour être réduites à se contenter des restes. Si nous donnons le moins de notre temps à ceux que nous chérissons le plus, c’est peut-être un signal qu’il est temps de ralentir, de cultiver le contentement biblique et de passer plus de temps à la maison. Il est important de nous rappeler que « le travail ne nous aimera pas en retour. » Vos collègues ne seront pas à votre chevet quand vous rendrez votre dernier souffle, mais il y a de grandes chances pour que vos enfants, eux, y soient.

Richard A. Swenson est futurologue, chercheur-physicien et auteur à succès.

Cet article a été publié sur le site de Focus on the Family,  focusonthefamily.com sous le titre « Balancing Work and Family Life » Tous droits réservés © 2010 Richard A. Swenson. Utilisation autorisée

Les références aux individus et organismes cités ne constituent pas une approbation sans réserve de leur travail externe ou de leurs organismes respectifs.